LE FIL

Désherbage électrique

L’intercep XPower arrive chez les concessionnaires viticoles

Jeudi 16 juillet 2020 par Marion Bazireau

Développé par Zasso, le désherbeur XPower XPS est un intercep pour vignes écartées de 1,5 à 3 mètres.
Développé par Zasso, le désherbeur XPower XPS est un intercep pour vignes écartées de 1,5 à 3 mètres. - crédit photo : Zasso
Premières livrées, les concessions AIMA, dans la Loire Atlantique, et Michel Equipement, dans le Gard, ont fait des démonstrations de désherbage électrique à leurs clients ce mercredi.

Une bonne nouvelle à l'approche de l'interdiction du glyphosate. La solution de désherbage électrique XPower XPS présentée lors du SITEVI 2019 a reçu son homologation européenne fin juin.

« Nous pouvons officiellement la proposer à la vente. En France, nous avons déjà livré AIMA, en Loire-Atlantique, et Michel Equipement, dans le Gard. Ces deux concessions en ont fait la démonstration à leurs clients ce mercredi » révèle Ludovic Munoz, responsable produit de la marque d'agriculture de précision AGXTEND chez CNH Industrial. En France, une troisième concession recevra la machine dans les prochains jours.

Une nouvelle production sera lancée en septembre, l’occasion d’apporter la touche finale à l'outil. « Nous allons ajouter une quatrième électrode à l’applicateur. Nous l’avions retirée pour pouvoir travailler à proximité des ceps buttés » détaille le chef produit.

Des mois de tests en vignes

D’octobre à juin dernier, le XPower a été testé par l’IFV, dans l’Entre-Deux-Mers et à Gaillac, sur différents types de sols et sous plusieurs conditions météos. Sans surprise, l'efficacité et les modalités de mise en œuvre du désherbage électrique dépendent beaucoup de la physionomie de la plante.

« Le ray-grass est difficile à éliminer car la plante offre une faible surface de contact et va emmagasiner peu d’électricité, illustre Ludovic Munoz. Dans tous les cas, il est essentiel d'intervenir au bon moment, au printemps avec un passage à vitesse réduite, aux alentours de 1,5 km/h, en augmentant la tension du palpeur pour optimiser le contact de l’électrode, puis de repasser 2 ou 3 fois dans la saison, en fonction des conditions météorologiques et de la repousse. Lorsque la pression des mauvaises herbes est plus faible, on peut travailler autour de 3 km/h. On va passer une première fois en février et revenir estimer la repousse 4 semaines plus tard. Si elle est faible, on pourra repasser à 5 km/h. »

Globalement, plus les plantes seront jeunes, avec une faible surface foliaire et un système racinaire simple, et plus le sol sera sec, plus le désherbage électrique sera efficace dès le premier passage.

"Cette technologie ne remplace pas l'épamprage manuel"

« Cette technologie ne se substitue pas à l’épamprage manuel » prévient le responsable produit, même si, dans ces essais, jusqu’à la moitié des pampres a pu être éliminée. « Elle est sans danger pour les pieds de vigne car le bois ne conduit pas l’électricité. »

Sur le moment, le désherbage électrique fait chuter les populations de vers de terre. « Mais il n’affecte pas leur capacité de reproduction. La pérennité de l’espèce est préservée » explique enfin Ludovic Munoz, s’appuyant sur une étude conduite par l’Institut Arvalis.

Présentation du XPower

Développé par l’entreprise suisse Zasso, le système de sésherbage XPower XPS est un intercep pour vignes écartées de 1,8 à 3 mètres. D'ici septembre, il devrait permettre de passer dans les vignes plus étroites, jusqu'à 1,5 mètre.

Placé à l’arrière du tracteur, il se compose d’une centrale enfermant une génératrice électrique, montée sur un châssis Clemens, et de deux applicateurs latéraux qui envoient le courant dans la plante. L’électricité la traverse de la feuille jusqu'aux racines. Elle éclate ses cellules, stoppe son alimentation, et la fait mourir.

De chaque côté du rang, les applicateurs électrocutent sur une largeur cumulée de 55 cm.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé