Accueil / / Aucun constructeur intéressé par la pulvérisation confinée de Bliss

Zéro dérive
Aucun constructeur intéressé par la pulvérisation confinée de Bliss

Aucun constructeur n'a voulu distribuer les rampes Bliss, une innovation de pulvérisation confinée. Echaudé mais pas découragé, son concepteur finalise le montage d'une structure pour les commercialiser lui-même à faible coût.
Par Marion Bazireau Le 17 juillet 2020
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Aucun constructeur intéressé par la pulvérisation confinée de Bliss
'Dans toutes les régions, les gens me demandent quand est-ce qu'on l'a sur le terrain' affirmait Vincent De Rudnicki lors du dernier SITEVI. - crédit photo : Vitisphere
C

hercheur à l’Inrae, Vincent De Rudnicki a dévoilé ses rampes Bliss lors du dernier Sitevi, après des années passées à mesurer la performance des pulvérisateurs du marché. « J’ai mis au point le premier vrai système de pulvérisation confinée, relate-t-il, en concevant un flux d'air tubulaire qui projette les gouttelettes sur la végétation sans dérive.»

Avec un maximum de 2% de pertes de produit, contre 20 à 80% sur le matériel existant, une couverture de la canopée de 87%, et jusqu’à 40% d’économies de produit, il avait alors grand espoir de trouver un constructeur qui commercialiserait ses rampes d’ici 2021.

Il s’est d’abord tourné vers les gros, tels que le groupe Exel Industries, ou John Deer, avant de déchanter. « Une fois de plus, je n'ai pu que constater que tant que leur modèle économique tourne, ils n'innovent pas réellement. Exel a bien tenté de récupérer la propriété de mon brevet, ce que j'ai évidemment refusé après un investissement à 300 000 €.»  

Passée cette première déception, il a poursuivi sa prospection. Il était en début d’année sur le point de faire affaire avec un petit constructeur. « Mais le coronavirus est passé par là, et il ne se relèvera surement pas » regrette le chercheur.

Des rampes adaptables à tous les pulvérisateurs

Combattif, le chercheur a la conviction que son innovation doit arriver sur le terrain. « Tous les jours, je reçois des mails de viticulteurs qui s’impatientent. » Vincent De Rudnicki a donc pris la décision de montrer sa propre structure. « Je suis en pourparlers avec des financeurs. Une start-up est en train de finaliser un business plan, le potentiel est énorme. »

Il souhaite commercialiser des rampes adaptables à tous les pulvérisateurs et à deux robots, dont le Trektor. « En 2021, nous devrions pouvoir proposer en prévente toute une gamme de descentes, de la plus simple à la plus automatisée, pour qu’un viticulteur lambda sur 20 hectares puisse s’équiper » assure-t-il.

 

Le visionnage de cette vidéo est susceptible d'entraîner un dépôt de cookies de la part de l'opérateur de la plate-forme vidéo vers laquelle vous serez dirigé(e). Compte-tenu du refus du dépôt de cookies que vous avez exprimé, afin de respecter votre choix, nous avons bloqué la lecture de cette vidéo. Si vous souhaitez continuer et lire la vidéo, vous devez nous donner votre accord en cliquant sur le bouton ci-dessous.
Lire la vidéo

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé