Accueil / Oenologie / Deux produits oenologiques débarrassent les vins de leurs résidus

Nouveautés
Deux produits oenologiques débarrassent les vins de leurs résidus

Pendant que Trap'Metals de l'IOC s'attaque aux métaux lourds, Flowpure de Laffort élimine les résidus de pesticides.
Par Marion Bazireau Le 03 juin 2020
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Deux produits oenologiques débarrassent les vins de leurs résidus
Deux nouveaux produits oenologiques s'attaquent aux résidus des vins. - crédit photo : IOC/laffort
P

our avoir un meilleur effet sur le cuivre, l’Institut Œnologique de Champagne (IOC) a associé la PVI/PVP à du chitosane et à des écorces de levures. Au bout de 24h, le fournisseur assure en faire baisser la concentration de 65%.

Le cuivre catalyse les réactions d’oxydation, fait chuter les teneurs en glutathion, et est toxique pour les levures. Il est donc intéressant d’utiliser Trap’Metals avant fermentation. Il faudra en ajouter entre 20 et 70 g/hl en fonction de la concentration du moût en cuivre.

Trap’Metals s’attaque aussi au fer, qu’il peut faire baisser de moitié, à condition de bien brasser le vin avant de l’ajouter pour faire passer la molécule de la forme ferreuse à ferrique. Il pourra ensuite être remis plusieurs fois en suspension par des remontages, avant d’être éliminé par filtration. D’après l’IOC, en plus de limiter les risques de casse, Trap’Metals est particulièrement intéressant sur les rosés. « Il clarifie leur couleur et rend leurs arômes plus nets et fruités. » En abaissant la teneur en polyphénols des vins, Trap’Metals limite aussi les phénomènes de "pinking" sur les blancs.

Il est vendu 75€/kg.

La chasse aux pesticides

Proposé par Laffort, Flowpure est sans effet sur les métaux lourds. En revanche, sur le marché, « c’est la seule solution validée par l’OIV pour éliminer les résidus de pesticides dans les vins » se targue le fabricant.

Flowpure est composé de fibres végétales micronisées (hémicellulose, cellulose, lignine, protéines et lipides) issues de l’agriculture biologique, qui se révèlent très efficaces pour réduire la teneur des vins en fongicides et en Ochratoxine A.

Après avoir traité 150 vins issus de différents vignobles au cours d’une filtration à la dose de 2g/l, Laffort affirme que son produit a fait chuter de plus de moitié les teneurs en Boscalid, Diméthomorphe, Améroctradine, Mandipropamide, Fenhexamide, Iprodione, Pyréméthanil, Tebuconazole, Cyprodinyl, ou Glyphosate. Dans certains essais, ces matières actives n’ont plus été détectées après traitement. Flowpure s’est également révélé intéressant, quoiqu’un peu moins efficace, dans les vins issus de raisins traités avec des antibotrytis à base de Carbendazime et Bénomyl.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé