LE FIL

Bisbille syndicale

Débat sur la baisse des acomptes en caves coopératives

Jeudi 28 mai 2020 par Alexandre Abellan

'Pour le MODEF, il est urgent que les caves coopératives informent les coopérateurs de la situation de crise dans laquelle la viticulture se trouve' indique un communiqué signé par Didier Gadéa.
'Pour le MODEF, il est urgent que les caves coopératives informent les coopérateurs de la situation de crise dans laquelle la viticulture se trouve' indique un communiqué signé par Didier Gadéa. - crédit photo : MODEF
Alors que le Mouvement de Défense des Exploitants Familiaux s’indigne d’un manque de transparence dans la gestion coopérative de la crise du coronavirus, les Vignerons Coopérateurs indiquent que le processus décisionnel réglementaire reste appliqué.

 

En conséquence directe de la crise commerciale, « des caves coopératives ont commencé à baisser les acomptes de leurs vignerons. On le sait par des adhérents, nous rapportant des baisses de 20 à 50 %. Et il y a des caves qui réfléchissent à des plans de licenciements » s’alarme Didier Gadéa, le président de la Commission viticole du Mouvement de Défense des Exploitants Familiaux (MODEF). Exploitant 7 hectares de vignes dans l’Hérault, l’adhérent de la cave de Montagnac rapporte que sa coopérative « a préféré aller à l’emprunt pour maintenir les acomptes en espérant la reprise. Mais c’est risquer la double peine avec la crise : ne plus avoir d’acompte et avoir de l’argent à rembourser… »

Souhaitant que les administrateurs et présidents de caves coopératives informent leurs adhérents sur la situation économique, le représentant du MODEF s’inquiète d’un arrêt généralisé « des acomptes du jour au lendemain. Je vois des jeunes qui investissent dans du matériel et plantent des parcelles, alors que l’on veut distiller à 80 centimes le litre de vin AOP… Sans parler d’humain, c’est économiquement n’importe quoi. Nos représentants n’ont pas vu venir cette crise. »

Autre son de cloche

Contactés, les Vignerons Coopérateurs (Coopération Agricole) indiquent ne pas avoir le même son de cloche que le MODEF. « Nous nous étonnons des proportions de baisse des acomptes évoquées, celles dont nous avons connaissance sont bien moindres. Des acomptes sont effectivement diminués, en lien avec la vie économique de chaque cave coopérative et des aléas de marché suite au covid-19 » souligne un porte-parole, rappelant que la gouvernance des caves coopératives s’inscrit « dans un cadre légal et réglementaire précis. Les acomptes sont révisés ponctuellement pour pouvoir être lissés sur l’année conformément aux engagements pris en conseil d’administration et assemblée générale. »

A noter que le MODEF ne se satisfait pas d’un projet de distillation à 3-3,5 millions d’hectolitres avec des prix de 65 €/hl en VSIG et de 80 €/hl en AOP et IGP. Le syndicat réclame un dispositif de distillation de 30 millions hl pour les récoltes 2019 et 2020 à des prix de 150 €/hl en IGP, 200 €/hl en AOP et 260 €/hl en bio. « Nous demandons une mesure de protection » souligne Didier Gadéa, estimant que « plus on tarde à prendre des mesures, plus dure sera la crise. Une fois que les prix seront bas, on ne les remontera pas et les dépôts de bilan tomberont en cascade… 30 millions hl de distillation, c’est une revendication pour mettre la pression sur le négoce et s’assurer qu’il ne s’amuse pas à acheter à bas prix. »

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé