LE FIL

Covid19

La Bourgogne et le Beaujolais sur tous les fronts pour préparer les vendanges

Jeudi 07 mai 2020 par Marion Bazireau

Dans le vignoble beaujolais, Bulgares et Polonais représentent habituellement 40% des coupeurs.
Dans le vignoble beaujolais, Bulgares et Polonais représentent habituellement 40% des coupeurs. - crédit photo : Wikimedia Commons
Recrutement, transport, hébergement des cueilleurs… Face à la crise sanitaire, c’est toute la logistique des vendanges qu’il faut repenser. Les organisations professionnelles sont sur le pied de guerre.

En Bourgogne et dans le Beaujolais, les responsables de la filière observent avec soulagement le bon déroulé des travaux en vert. Pour autant, ils ne relâchent pas leurs efforts. « Désormais, nous sommes concentrés sur les vendanges, qui s’annoncent très précoces » pose Marion Saüquere, directrice de la Confédération des Appellations et des Vins de Bourgogne (CAVB).

"Les viticulteurs doivent trouver 65000 cueilleurs"

Le défi est de taille. Si les viticulteurs ont réussi à mobiliser quelques centaines de locaux pour les travaux en vert, ils doivent maintenant trouver 65 000 cueilleurs, sans pouvoir compter sur la main d’œuvre bulgare et polonaise, qui représente 40% de leur staff habituel.

Dès le 30 mars, les élus viticoles ont demandé au Gouvernement la réouverture des frontières aux travailleurs saisonniers qualifiés. Toujours dans l’attente d’une réponse, la Bourgogne mise sur le succès du site mobilisationemploi.gouv.fr lancé le 2 avril dernier par le Ministère du Travail. Dans le Beaujolais, avant le début des travaux en vert, les viticulteurs ont été orientés vers la plateforme desbraspourtonassiette.wizi.farm. « Mais ils n’y ont souvent trouvé que des candidats disponibles pour de très courtes durées » témoigne Nathalie Chuzeville, à la direction de l’ODG des crus du Beaujolais. « Si les frontières ne réouvrent pas, cela ne suffira pas.

"Mettre sur pieds une action de communication"

Et les machines à vendanger ne peuvent pas passer dans nos vignes en coteaux. Nous sommes donc en train de travailler avec le Comité Vin Auvergne Rhône-Alpes pour mettre sur pieds une action de communication visant à faire connaître nos besoins dans les principales villes de la région (Lyon, Clermont, Valence…), ajoute-t-elle, en jouant sur le côté convivial des vendanges au grand air. »

Lorsqu’ils auront constitué leurs équipes, les viticulteurs devront assurer la sécurité de leurs saisonniers. « Nous avons déjà demandé au Gouvernement de nous communiquer le nom d’une entreprise capable de nous fournir des masques à un prix raisonnable » indique Marion Saüquere.

Faire appliquer les gestes barrières dans les vignes ne sera pas le plus compliqué. « Le gros du travail porte sur l’aménagement des transports et de l’hébergement des saisonniers » affirme Nathalie Chuzeville.

Réquisitionner les transports publics et les logements étudiants

La CAVB a plusieurs idées. « Nous pourrions réquisitionner les transports publics pour désencombrer les véhicules privés, et profiter des logements vacants des étudiants. Nous devons faire preuve d'imagination pour faire face à cette situation exceptionnelle » pose Marion Saüquere.

Pour étudier ces différents scénarios, les organisations viticoles ont initié un dialogue avec les services de l’Administration (DIRECCTE, DRAAF, MSA, DRDDI, FAM). « Nous avons rencontré la MSA le 21 avril pour faire le tour de toutes les problématiques, illustre ainsi Nathalie Chuzeville. Ils ont la connaissance des textes, nous celle du terrain, l’enjeu est de proposer des mesures équilibrés. »

L'enjeu est aussi de les porter à la connaissance de l’Etat. Cela passe par les préfets. L’équipe de Marion Sauquëre a rencontré celui de la Région Bourgogne le 26 avril. « Nous avons ensuite échangé avec le Préfet de la Saône et Loire, ainsi qu’avec celui de l’Yonne, et planifiés de nouveaux rendez-vous avec leurs directeurs de cabinet. » Le Beaujolais en a fait autant.

"La semaine dernière, l'Etat ne voulait pas entendre parler de mesures spécifiques"

Pour quels résultats ? « La semaine dernière, nous apprenions que l’Etat ne voulait pas entendre parler de mesures spécifiques supplémentaires concernant le travail saisonnier en viticulture. Ce weekend, il semble que la situation ait évoluée. Nous sommes sur le qui-vive » rapporte Nathalie Chuzeville.

Des guides pour les vignerons

La CAVB espère pouvoir remettre un guide complet sur l’organisation de ces vendanges exceptionnelles à ses adhérents d’ici début juillet. Les domaines et maisons beaujolais pourront de leur côté se préparer dès juin. « Nous leur ferons parvenir une note qui détaillera l’ensemble des gestes barrières à adopter » détaille Nathalie Chuzeville.



RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé