LE FIL

Gironde

La Chambre d'Agriculture cartographie les dégâts de grêle sur les vignes

Mardi 21 avril 2020 par Marion Bazireau

L'orage a suivi un couloir Sud-Ouest/Nord-Est bien connu des techniciens depuis 2003
L'orage a suivi un couloir Sud-Ouest/Nord-Est bien connu des techniciens depuis 2003 - crédit photo : CA33
D'après les relevés des techniciens, près de 800 hectares ont été touchés à plus de 80% par l'orage de grêle du 17 avril. La Chambre d'Agriculture a ouvert une cellule de crise.

Suite au violent orage de grêle qui a frappé l’Entre-Deux-Mers, le Saint-Emilionnais, le Castillonnais puis la Dordogne le vendredi 17 avril, la Chambre d’Agriculture de Gironde a mis sur pieds une cellule de crise. « Depuis, mon téléphone n’arrête pas de sonner » témoigne Philippe Abadie, directeur du service Entreprise.

« De nombreux dégâts ont été constatés par la dizaine de techniciens dêpéchée sur le terrain pour affiner les premières estimations ». En effet, entre 600 et 800 hectares sont touchés à plus de 80%, sur un total d’environ 4000 ha impactés. Les taux de pertes ont été cartographiés secteur par secteur (voir diaporama ci-dessous).

"L’orage de grêle a suivi un couloir Sud-Ouest/Nord-Est, que nous connaissons bien depuis 2003"

Les dommages les plus significatifs ont été relevés sur les secteurs de Targon, La Sauve, Daignac, Grézillac, Branne, Tizac de Curton, Moulon, Sainte Radegonde, Juillac, Flaujagues, Doulezon, Ruch, Vignonet, Saint Etienne de Lisse, Saint-Emilion, Saint Christophe des Bardes, Saint Philippe d'Aiguille, Monbadon, Puisseguin, Francs, Saint-Cibard, Tayac ainsi que Pellegrue, Massugas, Caplong, Eynesse, et Saint Avit de Soulège. « L'orage de grêle a suivi un couloir sud-ouest/nord-est, que nous connaissons malheureusement bien depuis 2003 », précise Philippe Abadie. Le Sauternais a en revanche été épargné. Les dommages sont également quasi nuls dans le Médoc, touché par un front orageux le lendemain. De même, le Cognaçais et le Pays Basque sont sortis indemnes des évènements climatologiques du weekend.

Premières recommandations

La Chambre recommande aux viticulteurs concernés de ne pas traiter les parcelles dans lesquelles la grêle n’a laissé aucune feuille. Une retaille rapide peut y être réalisée. « On se préparera ainsi à la taille de l’hiver suivant en obtenant des bois bien développés. Si des gourmands sont bien placés pour la taille, il est judicieux de les conserver. » Dans les parcelles qui présentent toujours un potentiel de vendange, il faut s’assurer d’une protection minimum contre le mildiou, l’oïdium et le black rot. L’application de produits contre le rot-blanc est en revanche inutile. La reprise de l’activité photosynthétique du feuillage restant sera facilitée par un apport d’engrais foliaire à base d’azote.

Les conseillers terminent par une note rassurante. « Vu la précocité de cet épisode, le démarrage des bourgeons jusqu'alors inhibés par les bourgeons principaux qui s'étaient déjà développés pourront potentiellement générer des grappes. »



RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé