LE FIL

Languedoc-Roussillon

Les premiers foyers de mildiou attendus dans 10 jours

Mercredi 22 avril 2020 par Marion Bazireau

Les viticulteurs doivent se tenir prêts à traiter.
Les viticulteurs doivent se tenir prêts à traiter. - crédit photo : Christelle Stef
Très attendue, la pluie est enfin arrivée ce dimanche dans le Languedoc-Roussillon. Les œufs d’hiver de mildiou sont mûrs et les vignerons doivent se préparer à traiter d’ici la fin avril.

Responsable des services viticoles de l’ICV, Jacques Rousseau espère « un cumul d’au moins 50 mm d’ici la fin de la semaine ». Après un hiver et un printemps secs, les pluies qui s’abattent dans le Languedoc-Roussillon depuis le dimanche 19 avril sont en effet de bonne augure pour la floraison de la vigne et le reste de la saison. « Elles vont recharger l’horizon superficiel des sols » complète Bernard Genevet, consultant ICV sur le Gard, département le plus touché par la sécheresse, qui n’avait pas vu d’eau depuis des semaines.

Revers de la médaille, avec l’eau, le risque mildiou refait surface. « Avant cet épisode, nous étions en phase pré-épidémique. Les œufs d’hivers sont désormais mûrs et nous entrons dans la phase de contamination » détaille Jacques Rousseau.

Pour l’heure, seuls quelques traitements préventifs ont été réalisés sur des parcelles à risques, très précoces, connues pour leur sensibilité au champignon, difficilement accessibles, ou présentant de nombreuses feuilles au sol. A raison, insiste Jean-René Cambournac, conseiller viticole à la Chambre d’Agriculture de l’Hérault, car, « sauf cas particulier, démarrer les traitements aujourd’hui est inutile, en plus d’être néfaste à l’environnement. Il faut attendre les premiers foyers. »

Nouvelles pluies fin avril

L’apparition de tâches primaires devrait se généraliser d’ici une dizaine de jours. De nouvelles averses étant annoncées autour du 30 avril, « il faudra certainement profiter de la fenêtre de beau temps, juste avant cette date, pour déclencher les traitements » prévient Jacques Rousseau. Dans les prochains jours, hormis dans les zones les plus tardives, les viticulteurs doivent donc se tenir prêts et porter une attention particulière aux prévisions météos. 

La lutte contre l'oïdium est lancée

« Sur Chardonnay et Carignan, les traitements anti-oïdium ont démarré depuis une semaine » explique Bernard Genevet, consultant dans le Gard pour l'ICV. Ils devraient concerner la majorité des cépages dès la semaine du 27 avril. « Les vignerons vont raisonner la sortie des pulvérisateurs en fonction de la croissance de la vigne, certains jouant la sécurité en privilégiant le stade 7/8 feuilles, d’autres préférant attendre 8/9 feuilles, et des sorties de mildiou, puisqu’il est difficile de dissocier les deux traitements. » 

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé