LE FIL

Cognac

La frilosité des assureurs pousse les vignerons à s’équiper contre le gel

Jeudi 02 avril 2020 par Alexandre Abellan

En moyenne, les coûts d’implantation vont de 35 000 € pour 3 ha avec une tour mobile à plus de 50 000 € pour 5 ha dans le cas d’une tour fixe.
En moyenne, les coûts d’implantation vont de 35 000 € pour 3 ha avec une tour mobile à plus de 50 000 € pour 5 ha dans le cas d’une tour fixe. - crédit photo : UGVC
Alors que les risques de gelées printanières se banalisent, les vignerons des Charentes déploient 79 nouvelles tours antigel, les premières de leur CUMA dédiée.

« Si on ne s’en sert pas, c’est une bonne chose pour tout le monde ! » s’exclame Didier Bureau, le président de la Coopérative d'Utilisation de Matériel Agricole des viticulteurs de Cognac (CUMA Viti Cognac). Entre le débourrement précoce des vignes et les aux risques de gelées matinales, les 42 adhérents de la CUMA déploient un réseau de 49 tours antigel fixes et 30 unités mobiles en Charente et Charente-Maritime cette fin mars. Au total, ces 79 tours peuvent protéger 500 hectares de vignes : « une goutte d’eau sur 80 000 hectares en AOC Cognac » reconnaît Didier Bureau.

Alors que 25 000 ha sont considérés comme gélifs à Cognac, notamment dans le Pays-Bas, la CUMA Viti Cognac table sur l’installation de 80 tours supplémentaires en 2021. « Le système intéresse beaucoup alors que les aléas climatiques deviennent récurrents » explique Didier Bureau. La succession d’hivers doux favorisant le débourrement des vignes et de printemps frais propices aux gelées causent également des ruptures de contrat avec certaines compagnies d’assurance. « Les assureurs se désengagent du système, ils ne veulent plus assurer là où il y a un risque. Ils réagissent comme des financiers » critique Didier Bureau.

"20 avril – 10 mai"

Testées cette fin mars, les tours antigels vont commencer à fonctionner ce début avril. Normalement il ne devrait pas y avoir d’allumage ce vendredi 3 mars, l’alerte gel se transformant en température de 1°C avec du vent. « Nos craintes vont à la pleine lune du 25 avril. Dans la région de Cognac, le potentiel de gel est toujours le plus important sur la période du 20 avril au 10 mai » prévient Didier Bureau, espérant que cette première saison de mise en place tiendra ses promesses de protection.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé