LE FIL

Viticulteur et candidat (2/5)

Il veut défendre un urbanisme respectueux de la viticulture

Mardi 10 mars 2020 par Ingrid Proust
Article mis à jour le 12/03/2020 10:25:27

Philippe Issaly a installé un panneau indiquant le début de la zone viticole. Depuis, des coffrets électriques à 3 m des rangées de vignes sont apparus sur le terrain constructible implanté à proximité du vignoble.
Philippe Issaly a installé un panneau indiquant le début de la zone viticole. Depuis, des coffrets électriques à 3 m des rangées de vignes sont apparus sur le terrain constructible implanté à proximité du vignoble. - crédit photo : DR
Installé à Alos, un petit village du Tarn, ce viticulteur est le dernier de sa commune. Il est candidat aux élections municipales pour lutter contre l’urbanisation vers les terres agricoles.

« Je suis le dernier viticulteur de mon village. Plusieurs de mes parcelles sont bordées de maisons ou de terrains constructibles. J’ai décidé de me porter candidat aux municipales pour défendre un urbanisme équitable, respectueux des activités agricoles et artisanales ». Philippe Issaly cultive la vigne à Alos (Tarn). Un petit village de 96 habitants où, dit-il, « les intérêts financiers liés à l’urbanisation ont pourri le climat ».

« Les membres du conseil sortant n’ont pas voulu m’intégrer sur leur liste. J’ai donc monté la mienne pour freiner l’extension de l’urbanisme vers les terres agricoles, et développer plutôt les constructions à l’intérieur du village où il existe des parcelles enclavées », explique Philippe Issaly.

Apaiser les relations

Le viticulteur souhaite aussi agir pour apaiser les relations au village. « Le dialogue entre exploitants agricoles et habitants ne sera pas possible s’il n’y a pas d’agriculteur au sein du conseil municipal. Et ce sera encore plus problématique avec les ZNT et la charte riverains à mettre en place et à expliquer ».  

Philippe Issaly n’a que trois colistiers engagés avec lui : « Des personnes ont subi des pressions pour ne pas s’impliquer sur ma liste ». Il fait du porte à porte pour  défendre son projet. « Les gens de l’extérieur qui viennent au village sont sensibles à l’intérêt des vignes et des autres cultures pour le paysage. Mais des habitants disent que l’on abîme les routes avec les tracteurs. L’ambiance est si pesante que nous avons songé à vendre notre domaine, ce qui serait un crève-cœur. Dans ma famille, nous sommes vignerons depuis quatre générations. Avec ces municipales, nous jouons notre dernière cartouche ».

Série Municipales de Vitisphere

En cette semaine pré-électorale, Vitisphere choisit de publier chaque jour le portrait d'un vigneron qui décide de s'engager dans la gestion de sa municipalité. Il s'agit de questionner les raisons de son engagement et notamment voir comment la question ZNT motive certains. Le choix des portraits est guidé par cet angle, il ne s'agit en aucune façon d'un positionnement politique du site.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé