LE FIL

Grignan-les-Adhémar

Cette appellation mise sur des concept-stores

Mardi 10 mars 2020 par Claire Furet-Gavallet

Pour célébrer leurs 10 ans, l'appellation Grignan-les-Adhémar a donné rendez-vous à la presse à Paris le 9 mars
Pour célébrer leurs 10 ans, l'appellation Grignan-les-Adhémar a donné rendez-vous à la presse à Paris le 9 mars - crédit photo : Claire Furet-Gavallet
Pour ses dix ans, une jeune appellation rhodanienne dresse son bilan et débarque avec une nouvelle campagne de promotion locale et originale.

Dix ans et l’heure du bilan. « Nous avons su démontrer notre identité. Aujourd’hui, nous sommes une AOC qualitative et dynamique issue d’efforts collectifs et personnels » insiste Matthieu Rozel, président de l’appellation, anciennement nommée Coteaux du Tricastin. Grignan-les-Adhémar produit 75 % de rouge et commercialise en moyenne entre 8 et 10 € ses bouteilles prix domaine. « Nous sommes au prix d’un Côtes-du-Rhône villages. Je n’en espérais pas tant » ajoute fièrement Henri Bour, vice-président de l’appellation. « En 2010, nous étions à 68 € l’hecto de vin rouge en vrac pour arriver, en 2019, à 150 €/hl » se souvient-il. Mais depuis 6 mois, le marché de l’export, en Chine notamment, est devenu très compliqué, comme pour la plupart des structures viti-vinicoles françaises. L’appellation a donc décidé de renforcer deux de ses réseaux de distribution, tout en préservant son principal : la vente directe (40%). « L’ambition de Grignan-les-Adhémar est d’être présente davantage chez les cavistes, restaurateurs et belles tables de France » précise Matthieu Rozel. Ces ventes représentent aujourd’hui 23 % de leur distribution. Une volonté qui se traduit donc par une nouvelle campagne de promotion en France, mais surtout localement.

Une promotion lyonnaise avec des concept-stores

Concept store : magasin citadin de décoration moderne proposant également des accessoires tels des plantes, des bijoux ou des vêtements. « L’objectif est de montrer une belle table et un plaisir chic partagé, comme sur notre campagne de promotion actuelle [voir image ci-dessous]. Mais en ville cette fois ! » explique Emilie Charvet de l’agence Clair de Lune en charge de ce projet.

L’agence a sélectionné six concept-stores lyonnais, qui mettront en scène les bouteilles d’AOC Grignan-les-Adhémar sur une belle table dont la décoration sera mise en scène par chaque boutique. « Nous leur offrons six bouteilles et les photos du shooting qui leur permettent aussi de communiquer sur leur magasin » précise Emilie Charvet. Un jeu concours sera proposé au public, pour élire la plus jolie table. Les affiches des six tables seront disposées chez les cavistes et bars à vins des différents arrondissements de la ville pour que les consommateurs puissent voter via le formulaire papier ou en ligne. « Nous effectuerons ensuite un tirage au sort des votants de la plus belle table et nous leur offrirons un bon d’achat de 200 € à utiliser dans le concept-store gagnant ».

Pour 2020, les visuels seront urbains avec une mise en scène de table similaire. 

Cette campagne aura lieu pendant la première quinzaine d’Avril, avant les vacances de Pâques des lyonnais. Elle sera évidemment relayée sur les réseaux sociaux via l’agence et des influenceurs locaux. « Nous attendons beaucoup de cette campagne. Nous allouons 150 000 € à notre budget promotion. Pour une petite appellation de 50 000 hl, c’est beaucoup ! » poursuit Matthieu Rozel.

Pour Paris, rendez-vous en Septembre dans une quinzaine de restaurants qui proposeront des accords Grignan et mets.

 

Une réussite basée sur des efforts techniques

L’appellation Grignan-les-Adhémar, localisée dans les côtes du Rhône sud, a fait des choix techniques en 2010 lors de son changement de nom. « C’est ce qui fait aujourd’hui notre succès » poursuit l’ancien président, aujourd’hui vice-président de l’AOC, Henri Bour, vigneron du domaine de la Grangeneuve. « Nous avons planté davantage de syrah et de viognier contrairement aux autres appellations de la région ». Des assemblages plus précis, avec des pourcentages minimums de certains cépages, et un mode de conduite plus 'vert' de la vigne sont leurs prochains défis. « Nous avons interdit le désherbage total des vignes il y a 10 ans quand d’autres le commencent juste aujourd’hui. Notre management environnemental est et restera collectif ». Dernier objectif : diminuer la surface en aire d’appellation. « Nous avons aujourd’hui 24 000 hectares potentiels, nous souhaitons l’abaisser à 9 000 » explique Matthieu Rozel, président de l’appellation. Le dossier est en cours à l’INAO.  

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé