Accueil / Commerce/Gestion / La massification, condition du développement des crémants de Savoie ?

Site de transformation
La massification, condition du développement des crémants de Savoie ?

La Comité Interprofessionnel des Vins de Savoie a commandité une étude économique sur le développement de sa filière crémant. Son souhait : faire passer sa production de 4 à 10 % des volumes.
Par Juliette Cassagnes Le 20 février 2020
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La massification, condition du développement des crémants de Savoie ?
Pierre Viallet préside l'interprofession des vins de Savoie depuis avril 2018 - crédit photo : DR
l

« Le crémant est une alternative, un relais de croissance ; nous devons prendre des parts de marché », a déclaré à l'assemblée présente Pierre Viallet, président du CIVS, lors de l'AG du 14 février 2020. Or depuis le lancement des premières bouteilles fin 2015, la production de crémant plafonne à 4 % de la production globale. L'interprofession a décidé qu'un plan de développement était « indispensable pour atteindre rapidement 10 à 12 % ».

Une réflexion a été entamée sur les moyens à mettre en œuvre pour la développer, via une étude économique conduite en mai 2019 par un cabinet d'études. Elle a démontré que la mise en œuvre d'une filière « attractive et rentable » de production de crémant passait par la création d'une structure d'élaboration mutualisée. « La diminution des coûts de transformation des vins de base passera par la massification de celle-ci sur un nouveau site industriel ».

Diminuer les coûts de transformation

La Savoie compte actuellement une quarantaine de producteurs mais qui élaborent très peu de volumes. Pour la transformation, ils font appel à un prestataire privé qui détient le monopole et facture à des prix peu compétitifs : « A 2,80€/bouteille de frais de transformation contre 1,50€ en Bourgogne par exemple, on est hors marché ! », a expliqué le président du CIVS.

« La conception d'un tel outil ne pourra passer que par un engagement des producteurs », a t-il également rappelé.

L'autre piste mise en exergue est celle de la baisse des coûts de production des raisins au vignoble.

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé