LE FIL

Développement durable

Moët Hennessy s’engage pour le partage des connaissances

Lundi 10 février 2020 par Marion Sepeau Ivaldi
Article mis à jour le 11/02/2020 17:08:17

Philippe Schauss, président de Moët Hennessy : 'il est nécessaire de mieux partager la connaissance, mieux débattre sur la viticulture durable et nous ouvrir au monde à tous les participants de l’industrie de la viticulture et sans frontière de concurrence'.
Philippe Schauss, président de Moët Hennessy : 'il est nécessaire de mieux partager la connaissance, mieux débattre sur la viticulture durable et nous ouvrir au monde à tous les participants de l’industrie de la viticulture et sans frontière de concurrence'. - crédit photo : Marion Sepeau Ivaldi
En créant une agora à l’entrée de Vinexpo, Moët Hennessy affirme sa volonté de partager et d’échanger les connaissances en matière de développement durable. Et ce dans une perspective mondiale.

« La philosophie qui nous anime s’inscrit de la tradition multiséculaire. Son socle est un humanisme moderne, bienveillant, empreint de rationalité qui rend justice à la complexité de nos terroirs et des défis auxquels nous faisons face. Nos collaborateurs sont à la recherche d’un projet d’amélioration continue dans la connaissance, notamment les méthodes de production et les NTIC » a lancé Philippe Schauss,président de Moët Hennessy ce 10 février. Ce dernier donné le coup d’envoi d’une série de conférences organisées par le groupe durant Vinexpo. Innovant totalement dans le format de présence sur un salon aval, Moët Hennessy se pose en paragon du développement durable et se veut être un lien entre les acteurs pour la diffusion et le partage des connaissances, notamment avec ses 3000 viticulteurs partenaires champenois et les 2000 de Cognac.

A LIRE AUSSI

Invité de marques
Moët Hennessy tient salon à Vinexpo Paris
Flûtes à Champagne et seau à glace
Premier prix Spiripack pour l’emballage 2 en 1 mini Moët

Un lieu d'échanges sur le développement durable

C’est dans un stand pensé comme une agora, où le chêne français, le liège, le robot Naïo ou encore un enjambeur électrique formalisent un décor exprimant à la fois la tradition et la modernité, que se dérouleront ces échanges réunissant des experts de Moët Hennessy mais également des experts invités du monde entier. Baptisées « the living soils » (les sols vivants), cette série d’échanges traitera de la protection des sols (minimiser les intrants et protéger la biodiversité), la gestion de l’eau, du changement climatique, de bilan carbone et de la supply chain (tant la distribution que le packaging).

FIn des herbicides en Champagne

Cette programmation n’est qu’une étape dans l’engagement de Moët Hennessy qui a débuté sa transition environnementale dès 1998. Elle doit se poursuivre dans plusieurs actes. D’abord, l’ensemble des producteurs champenois qui livrent à Moët Hennessy auront banni l’emploi des herbicides d’ici la fin 2020 dans la totalité de ses exploitations (soit environ 1500 hectares), soit cinq ans avant l’objectif que s’est fixé le SGV. Par ailleurs, le groupe investi 20 millions d’euros dans la construction d’un nouveau centre de recherche en Champagne. De quoi faire émerger des solutions nouvelles. Le groupe travaille par exemple sur les variétés résistantes aux maladies.

Moët Hennessy compte bien, également, continuer à faire vivre the « Living soil » avec la publication d’un livre blanc rassemblant les échanges qui se seront déroulés durant Vinexpo (réalisé par les étudiants de Science Po Paris). Il prévoit également d’organiser probablement annuellement une université « The living soils » pour où, assure Philippe Schauss, il y aura « un débat transparent sur les progrès de la viticulture et de la vinification afin de partager et créer une communauté pour suivre et progresser tous ensembles ».

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé