LE FIL

Ecosystème

Le salon des vins de Loire renforcé par son tournant multiculturel et local

Mercredi 05 février 2020 par Alexandre Abellan

L’ensemble des sept salons ligériens réunis sous une même bannière conforte son positionnement d’évènement de proximité aux multiples identités.
L’ensemble des sept salons ligériens réunis sous une même bannière conforte son positionnement d’évènement de proximité aux multiples identités. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
L’ensemble des sept salons ligériens réunis sous une même bannière conforte son positionnement d’évènement de proximité aux multiples identités.

Avec un accueil et un verre en commun, la levée de la Loire (vins bio), le salon Demeter (vins en biodynamie) et le salons des vins de la Loire (de Sancerre au Muscadet) atteignent un nouveau stade dans leur union ce 3-4 février (au parc des expositions d’Angers). En y ajoutant le salon Saint-Jean Madavin, les Pénitentes, les Anonymes et la Dive Bouteille, les sept salons réunis sous la bannière « les offs des salons et des vins » accueillent 1 000 exposants et 13 000 visiteurs sur quatre jours.

Quittant la concurrence pour la complémentarité, cet écosystème ligérien présente une offre diversifiée répondant aux demandes actuelles des réseaux traditionnels. Le hall de Demeter/la Levée et le pôle des jeunes vignerons comptent ainsi parmi les zones les plus dynamiques du salon d’Angers. « Ça n’a pas arrêté toute la journée [de lundi], j’ai reçu beaucoup de restaurateurs, cavistes et grossistes » rapporte ainsi Isabelle Pangault, qui a créé il y a deux ans le domaine L’Affût (14 hectares de vignes en Sologne). « Le Salon des vins du val de Loire reste la référence pour s’adresser à tous les professionnels du grand ouest, ce qui fait partie de ma cible commerciale » explique la jeune vigneronne en conversion bio.

Positionnement domaine

Si le salon des vins de Loire est essentiellement composé de vignerons (79 % des 346 exposants), on note un retour d’opérateurs coopératifs majeurs, comme le groupe Orchidées (ex-Ackerman, via ses propriétés, notamment le château de Sancerre) et Alliance Loire (via la cave Robert et Marcel). « Nous revenons sous l’identité de domaines, ce qui correspond au positionnement de ce salon » explique Laurent Vidal, le directeur commercial de la cave Robert et Marcel (ex-cave de Saumur).

Si le responsable des ventes se dit satisfait par les prises de contact sur le réseau des Cafés Hôtels et Restaurants (CHR) et export, l’absence d’acteurs de la grande distribution dans les allées le déçoit clairement. Le salon n’étant globalement pas assailli par une foule compacte, la question est moins celle de la quantité que de la qualité du visitorat. Si certains exposants regrettent une présence notable d’amateurs parmi les visiteurs professionnels, on entend sur chaque stand que l’enjeu est désormais « de confirmer les contacts intéressants pour les transformer en commande à l’avenir » résume Nathalie Brun, membre du GIE Côté Cairn (35 ha en Clairette et crémant de Die).

"Ancré dans le territoire"

Après la remise en question de 2017, suite au lancement de Vinovision Paris, « on sent un nouveau souffle, qui se traduit par une fréquentation plus qualitative » résume Daniel Destoc, le directeur de la fédération régionale des vignerons indépendants du pays de Loire, pour qui « le salon d’Angers est ancré sur le territoire, maintenant il doit s’ancrer dans les mémoires comme évènement incontournable du calendrier ».

Incarnant la relance du salon des vins de Loire, son président, Eric Grelier, compte y parvenir en accentuant la diversification de son offre : « nous devons répondre aux évolutions des métiers. Les cavistes vendent non seulement du vin, mais aussi des bières, des cidres, des spiritueux… Nous leur proposons ces produits pour qu’ils n’aient qu’un salon à visiter. Nous avons aussi lancé cette année une section dédiée à l’épicerie fine. »

Edition 2021

Pour accentuer l’attractivité de son évènement, l’organisateur compte renforcer ses animations pour l’édition 2021. Sont ainsi évoqués un renforcement du concours des Ligers (organisé par les œnologues ligériens, avec 2 400 échantillons pour 311 dégustateurs) et la relance du concours des jeunes sommeliers (se plaçant dans une échelle nationale).

Si un retour des interprofessions des vins de Loire ou une concertation avec Vinexpo/Wine Paris restent également en suspens, le prochain salon des vins de Loire se tiendra lundi premier et mardi deux février 2021 à Angers.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé