LE FIL

Face à la baisse des ventes

Union Champagne souhaite un rendement 2020 de 10 000 kg/ha

Lundi 20 janvier 2020 par Aude Lutun

Dominique Babé a suggéré un rendement 2020 à 10 000 kg/ha, de quoi satisfaire le commerce en maintenant la rentabilité des exploitations, estime-t-il.
Dominique Babé a suggéré un rendement 2020 à 10 000 kg/ha, de quoi satisfaire le commerce en maintenant la rentabilité des exploitations, estime-t-il. - crédit photo : Aude Lutun
La Champagne est passée sous le seuil des 300 millions de cols en 2019. Dans ce contexte tendu mais confiant, l’Union Champagne lance le débat sur le rendement de la prochaine vendange avec une demande de 10 000 kg/ha.

L’assemblée générale de l’union de coopérative Union Champagne, qui s’est déroulée ce matin à Avize, est toujours un moment important du début d’année en Champagne. C’est à cette AG qu’est formulé le premier chiffre sur le niveau de rendement de la prochaine récolte. Dominique Babé, président d’Union Champagne, a suggéré un rendement 2020 de 10 000 kg/ha, « le minimum pour assurer nos engagements envers nos partenaires négociants et nos consoeurs coopératives. Il en va aussi de l’équilibre des bilans de nos exploitations ». (ndlr : le rendement 2019 a été fixé à 10 200 kg/ha). Eric Potié, président de la fédération des caves coopératives de Champagne, est sur la même position. Ce niveau de rendement sera décidé en juillet 2020, après les résultats des ventes des premiers mois de l’année.

Stabilisation des ventes des vignerons

Le négoce et le vignoble ont confirmé ce matin le chiffre de 297 millions de bouteilles vendues en 2019, soit une baisse de 2 % par rapport à l’an dernier. « Ce n’est pas rien de passer sous la barre des 300 millions de cols, commente Maxime Toubart, président du SGV (syndicat général des vignerons). C’est un seuil psychologique important. Notre modèle est plutôt de dépasser les 320 millions de bouteilles. Le seul point positif, ce sont les ventes des vignerons, qui se stabilisent après dix années consécutives de baisse ».

David Chatillon, directeur de l’Union des Maisons de Champagne, a lui aussi analysé ces résultats, en précisant que ces 297 millions de cols intègrent les expéditions « de précaution » vers les USA et la Grande-Bretagne. « Le marché français continue de baisser, précise-t-il, notamment avec la baisse des promotions en grande distribution. La Champagne commence à sortir, dans la douleur, des fourches caudines des bas prix dans la grande distribution ».

Le chiffre d’affaires de la filière devrait se stabiliser voire légèrement augmenter pour atteindre 5 milliards d’euros. « Cela ne signifie pas que la rentabilité des entreprises progresse, souligne David Chatillon. Car cela coûte plus cher de vendre loin ». Parmi les enjeux de la filière, l’importance de répondre aux attentes sociétales a été rappelé. « La Viticulture Durable doit faire partie de l’ADN du champagne, c’est une demande de nos clients », a conclu David Chatillon.

Objectif : valorisation des bouteilles

Union Champagne regroupe 14 coopératives qui représentent 2330 adhérents cultivant 1348 ha. Son résultat net a été de 1 638 264 €, dans la moyenne des cinq dernières années. Les ventes de bouteilles ont baissé de 9 %, à 983 436 millions de cols. « Notre objectif est toujours d’atteindre 1 million de bouteilles en améliorant la valeur », a commenté Dominique Babé. Le lancement de la gamme Influences, en septembre 2019, s’inscrit dans cette stratégie de valorisation. Le prix de vente moyen était de 13.57 €, contre 13.25 € lors du précédent exercice.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé