LE FIL

Qu’on se rassure, Airbus va bien !

Vendredi 17 janvier 2020 par Marion Sepeau Ivaldi

On aura remarqué que les medias nationaux soulignent ces derniers jours les résultats très positifs d’Airbus. 863 appareils livrés en 2019. L’avionneur européen se place ainsi devant Boeing. Les performances du maître étalon préféré de la FEVS qui aime à comparer l’exportation des vins et spiritueux au nombre d’avions vendus, sont une belle réussite européenne. Reste que cette réussite ne se fait pas sans pertes et fracas pour la filière vin, victime collatérale du différend entre l’Union Européenne et les Etats-Unis à propos des aides versées à l’avionneur européen. Depuis trois mois, les baisses de commandes se font sentir, rapporte-t-on. Et la quasi absence de réactions de soutien que ce soit de la part de l’Union Européenne ou de la France interroge. Les réponses européennes se limitent à la mise en place de flexibilité administrative mais pas à la mise à disposition de fonds de compensation comme le réclame notamment la FEVS ou les Vignerons Indépendants. En France, on refuse de payer pour l’Europe pour des mesures de soutien mais il semble que les actions de promotion bénéficient de quelques largesses. La secrétaire d’Etat Agnès Panier-Runacher a ainsi affirmé au Sénat que le gouvernement a doublé le budget promotion « business to consumer » des vins français aux Etats-Unis et dans d’autres pays stratégiques. Elle assure qu’un renforcement des actions de promotion « business to business » est à l’œuvre à travers les actions de Business France. Reste que ses services sont bien en mal de chiffrer ces efforts, lorsque Vitisphere les interroge. Il y a sans doute urgence à ce que la voix médiatique explique comment le vin ne semble plus être une priorité commerciale française et européenne, alors même que la réussite export de notre filière est le fruit d’un long investissement financier des contribuables… D'ailleurs, indiquent les Vignerons Indépendants en s'appuyant sur un sondage Opinion Way, 77% des Français sont prêts à boycotter dès aujourd’hui les produits américains pour défendre les vins français. Ce soutien doit-il être exploité ?

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
CF Le 17 janvier 2020 à 16:51:37
En attendant AIRBUS engrange les commandes et les bénéfices .... alors que nos TPE subissent une punition indue. De la part d'AIRBUS pas un mot pas un soutien, il eut été élégant de faire quelque chose. Coupable, mais pas responsable!!
Nicolas Le 17 janvier 2020 à 15:47:49
Comment peut on se vanter des performances de notre avionneur Français, en oubliant les dommages causés collatéraux causés par des subventions malhonnêtes. Aujourd'hui, un pan de l'économie, l'économie des vins et spiritueux, est à la veille de s'effondrer sans que le gouvernement n'en prenne conscience, sous couvert de réussite de son avionneur. Probablement bien trop occupé avec le problème des retraites………. Une honte absolue
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé