LE FIL

Sanction FranceAgriMer

600 viticulteurs à l'amende pour des vignes non-plantées

Mardi 21 janvier 2020 par Claire Furet-Gavallet
Article mis à jour le 22/01/2020 08:43:50

7 350 hectares de plantations de vignes ont été autorisées pour 2020.
7 350 hectares de plantations de vignes ont été autorisées pour 2020. - crédit photo : Jean-Bernard Nadeau
L’administration va sanctionner les vignerons n’ayant pas réalisé leurs plantations dans les trois années imparties. 600 exploitations sont concernées. Les amendes vont aller jusqu'à 6000 €/ha.

Une contravention pour excès de lenteur ? C’est ce que FranceAgriMer va appliquer aux vignerons qui n'ont pas toujours pas planté leurs vignes nouvelles trois ans après en avoir obtenu l'autorisation.

A LIRE AUSSI

Mise au point du ministère de l’Agriculture
« 0,1 ha de plantation de vins sans IG, ça ne sera pas possible »
En 2019, et au-delà
Cognac maintient le cap des nouvelles plantations

« Dans la semaine du 20 janvier, les personnes concernées vont recevoir sur la plateforme Vitiplantation une note leur expliquant les modalités de cette amende » explique Didier Josso, délégué de la filière viticole à FranceAgriMer. A l’heure actuelle, 600 viticulteurs sont concernés pour 454 hectares. Ces vignerons n'ont pas planté tout ou partie des autorisations qui leur avaient été accordées en août 2016.

2 000 à 6 000 € par hectare

Les montants des amendes ? Le conseil des vins de FranceAgriMer les a fixés à 2 000 € par hectare pour une autorisation délivrée dans une zone où les plantations nouvelles n'étaient pas limitées en 2016 et 6 000 € par hectare pour les zones limitées.

« Nous laissons aux viticulteurs trente jours pour apporter des éléments justificatifs à leur non-plantation. L’amende pourra être annulée en cas de force majeure comme des intempéries, une situation financière difficile ou un décès » détaille le délégué.  Seuls seront sanctionnés ceux qui ont planté moins de 80 % de leur autorisation. « Les 20 % restant seront simplement annulés sur le compte Vitiplantation du vigneron sans frais » ajoute Didier Josso.

Pour mémoire : les autorisations de plantations nouvelles ont une durée de vie de trois ans. Les bénéficiaires qui les laissent se périmer sont sanctionnés comme le prévoit la réglementation européenne. Cette année, FranceAgriMer a attribué 7 353 hectares de plantations nouvelles, alors que le plafond était fixé à 8 109 hectares en vertu de la règle du 1%. 

Autorisations de plantation 2020, un copier-coller de 2019 pour Cognac et l'Alsace

Le conseil spécialisé des vins de FranceAgriMer du 15 janvier a donné son avis sur les plafonds de plantations nouvelles demandés par les différentes régions viticoles de France pour 2020. La palme revient à Cognac pour l’autorisation de 3400 hectares. « Les vignerons charentais sont en décalage de production » justifie le délégué. « Il leur faut sept ans minimum de la plantation jusqu’à la vente de leurs premières eaux-de-vie ». Et pour l’Alsace, grande dissidente de 2019, la situation se répète. L’association des viticulteurs d’Alsace a demandé cette année de limiter à 0,25 hectares la plantation de vins sans IG hors de l'aire d'appellation. Le conseil soutient cette demande, comme en 2019. « Le ministère a statué sans limitation la plantation de vins sans IG en Alsace en 2019 et le fera probablement encore cette année » rappelle Didier Josso. A noter « qu’il n’y a pas eu de demandes de plantation en dehors de la zone d’appellation en 2019 pour les plantations 2020 ».

 

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
Oui-Oui is not dead Le 21 janvier 2020 à 22:05:24
413xhundred du bonheur en bouteille Tu t’es relu quand t’as bu
MG Le 21 janvier 2020 à 18:23:43
@ 413x... t'as bu trop de méthyl bladan ce week-end ?
Pelo Le 21 janvier 2020 à 15:08:04
Il faut surveiller surtout tout ceux qui demande des aides car leurs vignes ne sont pas entretenues elles sont à l abandon
413xhundred du bonheur en bouteille Le 21 janvier 2020 à 13:40:43
Il est de notoriete publique que le vin empoisonne k air wr l environnement (gentils insecticides et pesticides s etalant de fevrier lors des premiers désherbages Continuant du printemps et finissznt en octobre pour cicatriser les ravages de la récolte mécanique) Les riverains eux subissemt et ne peuvent que deplorer La consommation de vin baisse les consommateurs deviennent eduqués Le cours du vin baisse malgré une petite récolte due a la sécheresse ou au mildiou une sutre année Ne serait il pas necessaire d au contraire préserver des zones de jachére autour de nos villages , formant une sorte de rempart contre les vitiipollueurs ?
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé