LE FIL

Certification

Elle la première cave coop HVE du Languedoc

Mercredi 15 janvier 2020 par Michèle Trévoux

La cave a produit cette année 27 000 hl issus d’exploitations certifiées HVE dont elle a valorisé 15 000 hl 2 à 5 € de plus par hl grâce au label.
La cave a produit cette année 27 000 hl issus d’exploitations certifiées HVE dont elle a valorisé 15 000 hl 2 à 5 € de plus par hl grâce au label. - crédit photo : Michèle Trévoux
Ce n'est pas la plus connue, ni la plus grande. Cette cave coopérative a réussi à décrocher la certification HVE pour 98 % de ses surfaces.

La petite Coopérative de l’Avenir à Montbrun-des-Corbières dame le pion à toutes ses consœurs languedociennes. Elle est la première de la région à se prévaloir d’une certification HVE pour la quasi-totalité de ses adhérents (98 % des surfaces). A l’exception de quelques tout petits apporteurs, l’ensemble des coopérateurs est certifié depuis début décembre 2019.

A 60 ans, Patrick Brunel est un des vétérans de la cave. Il a été pourtant le premier à s’engager, décrochant sa certification un an avant les autres. « C’est une bonne démarche, on s’aperçoit qu’il est possible de réduire les traitements. Et finalement, le côté administratif n’est pas si contraignant. Je notais déjà toutes mes interventions », explique-t-il.

""Je réfléchis différemment mes traitements""

Pour Philippe Faustino, coopérateur quadragénaire, l’exercice a également été fructueux : « Je réfléchis différemment mes traitements, en optant pour les produits les moins nocifs. Je faisais déjà très attention car mon père s’est empoisonné avec les produits phytos. Je suis plus tranquille ».

La cave a produit cette année 27 000 hl issus d’exploitations certifiées HVE dont elle a valorisé 15 000 hl 2 à 5 € de plus par hl grâce au label.

Le projet de passage en HVE a été validé lors de l’assemblée générale de juin 2018. Auparavant, la directrice, le président et quatre des plus gros adhérents ont suivi une formation. « Pour mener un tel projet, il faut être convaincu. Cette formation nous a donné les arguments pour décider nos coopérateurs à nous suivre », confie Stéphanie Dupressoir, la directrice de la coop. Prochaine étape : une conversion bio sur la moitié des surfaces de la cave dès 2020.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé