LE FIL

ZNT, taxe Trump...

Didier Guillaume s'engage à nouveau auprès de la filière

Vendredi 29 novembre 2019 par Juliette Cassagnes

Didier Guillaume, ministre de l'agriculture, lors de sa venue au salon des Vignerons indépendants de Paris, le 28 novembre 2019.
Didier Guillaume, ministre de l'agriculture, lors de sa venue au salon des Vignerons indépendants de Paris, le 28 novembre 2019. - crédit photo : J Cassagnes
A l'occasion de sa visite au salon des Vignerons indépendants de Paris ce jeudi 28 novembre 2019, Didier Guillaume s'est (à nouveau) engagé sur plusieurs points, qui doivent encore se traduire en actes...

Le ministre de l'agriculture, Didier Guillaume, s'est déplacé au salon des Vignerons indépendants de France de Paris, ce jeudi 28 novembre 2019. L'occasion pour les responsables du syndicat d'évoquer avec lui les sujets sensibles du moment.

Le premier portait sur la mise en place des futures ZNT. L'une des demandes fortes de la profession porte sur le transfert de responsabilité de l'aménagement des zones de transition : en d'autres termes, que les futures installations, mesures de protection, ou tous aménagements de zones de transitions des futurs projets de construction, soient à la charge des aménageurs et non du monde viticole. « Il a acté notre demande et indiqué qu'il allait travailler dans ce sens avec les parlementaires », indique Jean-Marie Fabre, président du syndicat.

"Des aides au maintien de l'emploi"

Second sujet : celui de l'impact de la taxe Trump sur les entreprises exportatrices de vins aux USA. La filière viticole française réclame le déblocage de fonds européens pour assurer la promotion des vins français dans le pays dans l'idée de soutenir leur consommation. Ils souhaitent également la mise en place d'une « compensation financière » pour aider les entreprises européennes qui auraient des difficultés de trésorerie. Sur ce point, Didier Guillaume a répondu qu'il était « vraiment mobilisé » via notamment une demande déjà émise dans ce sens auprès du Commissaire européen.

Au niveau français cette fois, il s'est engagé « de façon très ferme » à donner rapidement des directives aux acteurs des territoires de l'emploi et du travail, comme les Directions départementales des finances publiques, afin qu'ils rendent possible l'activation d'outils d’allègements des charges sociales: chômage partiel, allégements ou exonération de charges... Ceci afin d'accompagner les entreprises en difficulté à la prise en charge de la main d'oeuvre.

« Ce sont des annonces très positives pour nous, qu'il reste à traduire en actes afin que nous en mesurions les effets positifs, conclut le vigneron audois. En tous cas, nous avons un ministre qui oeuvre et qui s'engage pour la filière ».

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé