LE FIL

Phytos viticoles

La FNSEA ne veut pas de distances nationales mais du bon sens local

Mardi 26 novembre 2019 par Alexandre Abellan
Article mis à jour le 27/11/2019 11:05:12

Exemple de la distorsion entre l’agriculture française et ses concurrents : seuls huit phytos sont autorisés en riziculture, contre 16 en Espagne et 24 en Italie pointe Christiane Lambert ce 26 novembre au Sitevi.
Exemple de la distorsion entre l’agriculture française et ses concurrents : seuls huit phytos sont autorisés en riziculture, contre 16 en Espagne et 24 en Italie pointe Christiane Lambert ce 26 novembre au Sitevi. - crédit photo : Alexandre Abellan
A la veille d’une journée de mobilisation nationale, le syndicat agricole fait le point sur le dossier sensible des Zones de Non Traitement (ZNT).

En matière de Zones de Non Traitement (ZNT), « halte à la diabolisation et à l’hystérisation, il faut passer au temps de la science et du bon sens » pose Christiane Lambert, la présidente de la Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles (FNSEA), ce 26 novembre sur le salon Sitevi (parc des expositions de Montpellier). La veille d’une mobilisation nationale* contre les distorsions de concurrence imposées par la réglementation française à ses agriculteurs, la FNSEA espère que le gouvernement ne va pas en rajoutant en leur imposant des ZNT.

La question porte sur le matériel

« Que ce soit un, trois, cinq ou dix mètres, le problème ne sera pas résolu si le matériel de traitement n’est pas adapté. Ce n’est pas une question de distances, mais de bonnes pratiques » tacle Christiane Lambert. Estimant que sur les 36 000 maires de France une centaine a pris des arrêtés ZNT, la syndicaliste note que « nous avons connu le temps militant des associations (souvent parisiennes) et le temps politique des maires (une centaine a pris des arrêtés ZNT sur 36 000 maires en France). Mais nous notons que la présidence de la République, Matignon, le ministère de l’Agriculture, de la Santé et même de l’Ecologie disent que la référence pour les traitements est par l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSES). »

"Chartes riverain"

Mettant en avant les nouvelles possibilités techniques de pulvérisation (des buses antidérives et des panneaux récupérateurs), la FNSEA a bon espoir que la décision sur les ZNT, attendue dans les prochains jours, corresponde à sa grille de lecture. « En Occitanie, neuf départements sur treize ont signé une charte entre administrations, agriculteurs et riverains. Quand on discute au niveau local, on est capable de trouver un modus vivendi. ON souhaite que les derniers arbitrages, Matignon le prenne en compte » conclut Philippe Jougla, vice-président de la chambre d’agriculture du Tarn.

 

* : Sur le Sitevi, des vins collectés dans la grande distribution locale pour le manque de clarté de leur origine seront exposés sur le stand de la FDSEA.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé