LE FIL

Sitevi 2019

Ouverture du salon des défis agroécologiques

Mardi 26 novembre 2019 par Alexandre Abellan

Pas de ministre pour inaugurer le salon viticole de cette fin d'année, mais un aéropage d'officiels locaux.
Pas de ministre pour inaugurer le salon viticole de cette fin d'année, mais un aéropage d'officiels locaux. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
Tout juste inauguré, le rendez-vous technique montpelliérain tient du coffre de nouveaux jouets où le vignoble doit piocher pour s’adapter aux exigences de demain.

 

 

S’ouvrant ce 26 novembre au parc des expositions de Montpellier, la vingt-neuvième édition du salon Sitevi a été inaugurée par un cortège d’officiels faisant échos à toutes les actualités languedociennes du moment, de la remise en cause de la marque Sud de France à par la surtaxe américaine. Mais le sujet clé de ce salon technique reste la transition écologique. « Il y a une demande sociétale réelle et réfléchie » résume Jacques Gravegeal, le président de l’inteprofession des vins Pays d’OC IGP, pour qui l’évolution viticole est une impérieuse nécessité.

En matière de pratiques alternatives, le Sitevi propose son lot de nouveautés, allant des cépages résistants aux nouveaux robots désherbeurs. « Il n’y a pas une solution unique. Mais de nombreux outils existent et la filière vin a la capacité d’adaptation nécessaire » juge le professeur Gilbert Grenier (Bordeaux Sciences Agro). Qui souligne que les évolutions techniques doivent être réfléchies dans leur ensemble : utiliser un produit de biocontrôle ne suffit pas pour traiter de manière durable son vignoble, il faut également faire évoluer son matériel de pulvérisation. « Il est important que le machinisme s’adapte et apporte des solutions pour diminuer la pression sur les phytosanitaires et les relations entre viticulteurs et riverains » renchérit Jérôme Despey, le président du conseil spécialisé vin de FranceAgriMer.

"Changement climatique"

Après la canicule de l’été 2019, l’enjeu de l’adaptation à la sécherrese est également au cœur des préoccupations languedocienne. « Le changement climatique est partout. Il est accentué en Occitanie. En 2050, ce sera le Sahara ici ! » alerte Denis Carretier, le président de la chambre d’agriculture régionale. Qui demande à l’Etat de pouvoir créer des champs d’expansion de crues pour stocker l’eau. Les sujets techniques devenant rapidement politiques.

Comme le montre la foule dense dans les allées du Sitevi à son ouverture, le principal défi du vignoble est de répondre simultanément à tous les défis.  « Quand on est vigneron, tout arrive tout à la fois tous les jours » conclut Miren de Lorgeril, la présidente du Conseil Interprofessionnel des Vins du Languedoc (CIVL).

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé