LE FIL

Vinification

La réglementation fait peau neuve

Mercredi 27 novembre 2019 par Claire Furet-Gavallet
Article mis à jour le 04/12/2019 10:15:16

La vinification des vins européens va être régie par le nouveau règlement 2019/934 à compter du 7 décembre 2019
La vinification des vins européens va être régie par le nouveau règlement 2019/934 à compter du 7 décembre 2019 - crédit photo : JB Nadeau
La commission européenne entérine toutes les décisions de l’OIV concernant les pratiques et produits œnologiques. Tour d’horizon des changements et nouveautés.
Bienvenue au nouveau règlement européen 2019/934 ! Ce texte liste tous les produits et pratiques œnologiques autorisées en Europe pour la vinification. Il va entrer en vigueur le 7 décembre prochain et abroge le 2019/606. Le but ? Harmoniser la législation européenne avec les résolutions de l’OIV.
 
A ce titre, le nouveau règlement classe chaque produit œnologique soit comme additif, soit comme auxiliaire technologique selon qu’il reste (en tant que tel ou ses dérivés) ou non dans le vin. « Ce point est important car il est question de rendre obligatoire l’étiquettage des additifs alors que les auxiliaires de vinification échapperont à cette obligation », souligne Philippe Cottereau, ingénieur à l’IFV. La connaissance de ce classement pourra aider les vignerons dans le choix de leurs produits, le moment venu.
 
Trois nouvelles pratiques
 
Le règlement 2019/934 autorise aussi trois nouvelles pratiques : l’ajout de carbonate de potassium pour désacidifier les vins, l’emploi de fibres végétales pour éliminer les résidus phytosanitaires dans les vins et l’utilisation des levures inactivées à teneur garantie en glutathion pour la fermentation malolactique. Jusqu’ici, ces levures étaient autorisées uniquement pour activer la fermentation alcoolique.
Mais le changement majeur concerne la carboxyméthylcellulose. Elle devient interdite d’emploi contre la précipitation tartrique des vins rosés. Une interdiction qui pourrait n’être que temporaire.
 
Deux dispositions surprennent les lecteurs attentifs. Classée comme additif, la gomme arabique ne se voit attribuer aucune limite d’emploi alors que l’OIV fixe la dose maximale à 30 g/hL. Les tanins œnologiques sont classés comme auxiliaires s’ils sont utilisés comme agents clarifiants mais n’ont pas de classement si utilisé comme agents stabilisants. Allez comprendre !
 
Et qu’en est-il pour la vinification biologique ?
 
« Sur la forme, il va y avoir une réécriture du règlement bio [203/2012] pour renvoyer aux lignes correspondantes du nouveau règlement général » indique Sophie Pallas, directrice générale de l’union des oenologues de France. « Un travail de fond va être lancé pour voir s’il faut le modifier. Il devrait aboutir en 2021 » explique Stéphane Becquet, conseiller aux Vignerons Bio de la Nouvelle Aquitaine.
 
 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé