LE FIL

Alsace

Wolfberger fête 35 ans de vendanges tardives en lançant un muscat

Vendredi 22 novembre 2019 par Alexandre Abellan

« Les vins susceptibles de bénéficier des mentions vendanges tardives et sélection de grains nobles ne font l'objet d'aucun enrichissement » précise le cahier des charges de l’AOC Alsace.
« Les vins susceptibles de bénéficier des mentions vendanges tardives et sélection de grains nobles ne font l'objet d'aucun enrichissement » précise le cahier des charges de l’AOC Alsace. - crédit photo : Wolfberger
Portée par la sur-maturité de ses raisins, la mention traditionnelle alsacienne reste une niche de vins d'exceptions, porteuse pour la cave coopérative d’Eguisheim, qui y dédie 1 % de sa production.

  Publié le premier mars 1984  , le décret ouvrant les mentions « vendanges tardives » et « sélection de grains nobles » aux appellations Alsace et Alsace Grand Cru fête ses 35 ans d’existence. Marquant cet anniversaire, la cave coopérative Wolfberger lance sa première cuvée de muscat en vendanges tardives. Commercialisée 24,40 euros dans tous les réseaux de la cave (CHR, cavistes, GMS...), cette cuvée 2017 s’ajoute à celles de gewurztraminer, pinot gris et riesling préexistantes selon les millésimes*.

Dédiant 1 % de sa production annuelle aux vendanges tardives, la cave de Wolfberger précise à Vitisphere n'avoir jamais produit précédemment de muscat en vendanges tardives car « c’est avec le riesling le cépage le plus fragile, avec une peau très fine qui nécessite vraiment des conditions météorologiques propices pour donner de la vendange tardive. De plus, le muscat a tendance a rester sain très longtemps, la fenêtre pour obtenir une vendange tardive est donc très courte...Et très rare. » Si la mode est aux vins secs en Alsace, les vins doux trouvent toujours des amateurs, plaçant la gamme dans les vins d'exception, notamment en période de fêtes de fin d'année.

Mentions traditionnelles

L'ensemble de ces cuvées sont « produites selon les critères parmi les plus sévères des AOC françaises » souligne un communiqué de la cave, qui égrène des obligations de « vendanges manuelles, de richesse naturelle en sucre particulièrement élevée contrôlée par une personne assermentée à deux reprises (à la réception du raisin puis de nouveau à la sortie du pressoir), de mentionner le cépage et le millésime [sur l’étiquette], de 18 mois d’attente avant l’agrément [de mise en commercialisation], des examens analytiques et organoleptiques obligatoire (contrôle des analyses lors du prélèvement à la cave)… » Comme le rappelle le cahier des charges des appellations Alsace et Alsace Grand Cru, « les mentions vendanges tardives et sélection de grains nobles ont été utilisées dans leur version germanique, depuis plus de deux siècles en Alsace. Au début des années 1970, les producteurs de la région ont souhaité protéger l’originalité de ces productions. »

 

* : Six cépages peuvent revendiquer la mention « vendanges tardives », le gewurztraminer (rosé), le muscat à petits grains (blanc), le muscat à petits grains (rosé), le muscat ottonel (blanc), le pinot gris (gris) et le riesling (blanc).

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé