LE FIL

De sec à sobre ?

Vendredi 15 novembre 2019 par Marion Sepeau Ivaldi

Il faut s’en doute y voir du « en même temps ». Alors qu’Emmanuel Macron s’est dit opposé à la mise en œuvre d’un « Janvier Sec » en 2020, projet de l’agence Santé publique, Laurence Cottet, affirme sur notre site avoir reçu le soutien de la présidence de la République pour son évènement « Janvier Sobre ». Lancée en 2019, cette initiative vise à adapter l’anglo-saxon « mois sans alcool » (ou "Janvier Sec") à la culture et l’économie françaises en alertant sur les dangers de l’alcool quand on en abuse. En clair, il faut boire avec parcimonie : « deux verres maximum par jour et pas tous les jours » explique Laurence Cottet. Or, la filière peut-elle politiquement s’élever contre une telle initiative ? Pas vraiment. Le message prône la modération tout en mentionnant des repères de consommation beaucoup plus stricts que ceux soutenus par certains. Même prendre la plume pour rappeler un environnement politico-économique incertain et défavorable apparaitra comme un argument bien maigre devant un projet qui avance sa mesure. Reste que la sobriété sera mise sur le devant de la scène durant un mois. Résultat d’une mécanique de communication bien rôdée : lancer une idée inacceptable, obtenir des réactions crispées, revenir avec la même idée atténuée… et l’imposer !

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
CognacXO Le 17 novembre 2019 à 11:50:12
C’est fou, ça...pour l’alcool, la sobriété doit durer un mois...mais pour tous les autres sujets, ça ne dure qu’une journée...par exemple, la journée de la femme, la journée sans voiture, la journée des victimes de la route ( et oui, ça existe...), la journée mondiale des pauvres, la journée mondiale des toilettes (ça aussi, ça existe...) ...et’j’en passe et des meilleures..Moi, je vois que la drogue n’a pas son mois sans, tout comme le sucre d’ailleurs... et quand on connaît les ravages du sucre sur la santé, ça parait étonnant.... De plus, connaissez-vous une seule chose qui, quand on en abuse, n’est pas dangereux...Bon...bien sur, il y a bien au moins un truc, si on en abuse, ne peut pas faire de mal...( mais on risque de mourir par epectase..tous à vos dictionnaires...) En gros, le vin et l’alcool sont la cible perpétuelle des élites de l’eau minérale...Y’en a donc marre de ce viti-bashing, qui veut faire croire que les producteurs de vin et d’alcool sont les suppôts de satan...et que profiter des bonnes résolutions prises par chacun au lendemain d’un premier de l’an arrosé avec de nombreux abus ( pas que d’alcool..mais aussi foie gras, dinde, saumon fumé, caviar,...), c’est plutot opportuniste, car l’on sait que ce sont ces résolutions qui durent le plus longtemps.... Il vaudrait mieux continuer sur le message de prévention (consommer avec modération..) tout au long de l’annee qui parait le plus efficace...que d’instaurer une décision de bobos ...Sinon, j’ai bien une décision de viticulteur qui devrait prendre forme.....l’annee sans CONNERIES...où Mme Cottet devrait figurer en bonne place, avec sa copine Mère Buzyn...sans oublier Manu , qui retourne sa veste...toujours du bon côté (Merci Dutronc...) Une vraie girouette...
Pascal G Le 16 novembre 2019 à 09:22:21
Seuls les gens raisonnables , ceux qui ne posent pas de problème , seront sensibles à cette nouvelle injonction des biens pensants. Les autres , les pas raisonnables , les alcooliques , eux n' en auront rien à faire. Et c' est fort dommage. Car , l' alcoolique nuit , non seulement à lui même , mais aussi à ses proches jusqu'à leur pourrir la vie. L' alcoolisme est un fléau. Nous devons le combattre. Mais , nous n' avons pas trouvé de remède. Alors, on fait des campagnes qui coutent chères et rapportent beaucoup à certains. Les statistiques ne mentent pas . La consommation diminue. Ces campagnes sont donc efficaces !? Je ne le pense pas . Les gens raisonnables diminuent leurs consommation . Les alcooliques l' ont-ils diminué ?! Certainement pas. Pour ma part, je continuerai à boire mon verre de vin à chaque repas . Tous les jours . Et je ne manquerai pas de lever mon verre à la santé de tous ces hygiénistes durant tout ce mois d' abstinence. Ils auront bonne conscience. Et , les familles qui supportent en leur sein un alcooliques , continueront d' espérer le remède efficace. Moi qui suis raisonnable, je n' arrêterai pas de consommer du vin parce que je sais que ma sœur alcoolique continuera , coute que coute , malgré tous les mois de l' année sans alcool , à boire et encore boire …. Messieurs les hygiénistes , vous vous trompez !
Bruno de La Rocque Le 16 novembre 2019 à 00:19:10
Sans discuter le bien fondé ou non d'un "mois sobre", je trouve que, symboliquement, janvier est mal choisi. Janvier est le mois de la Saint Vincent, laquelle en outre se fête dans de nombreux vignobles.
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé