LE FIL

Au-dessus du vignoble

Des tests de pulvérisation avec des buses fixes encourageants

Lundi 28 octobre 2019 par Christelle Stef
Article mis à jour le 11/03/2020 15:42:59

Le dispositif comprend des buses de pulvérisation fixes placées tous les 50 cm au dessus des rangs
Le dispositif comprend des buses de pulvérisation fixes placées tous les 50 cm au dessus des rangs - crédit photo : IFV Bordeaux
Testée pour la première fois à Bordeaux par l’IFV la pulvérisation fixe a donné de bons résultats. Une technique qui pourrait répondre aux questions de voisinage.

Ce printemps l’IFV de Bordeaux a placé des buses tous les 50 cm au-dessus de quelques ceps pour les traiter le moment venu contre le mildiou et l’oïdium. L’essai a eu lieu au lycée de Blanquefort dans des vignes plantées à 1,50 m d’écartement.

« Nous avons fait les tests sur quelques piquetés après avoir réalisé les premiers traitements de manière classique car le prototype n’était pas encore prêt », précise Alexandre Davy ingénieur à l’IFV. Les expérimentateurs ont comparé deux programmes -conventionnel et bio- et à un témoin non traité.

Faible pression

« 2019 a été une année de faible pression de mildiou. Le témoin non traité a été attaqué tardivement par le parasite. Mais nous avons tout de même relevé entre 35 et 40 % d’intensité des attaques sur grappes (35 à 40 % des baies détruites). Dans la partie Pulvéfixe, la protection a été correcte et meilleure avec le programme conventionnel car nous avons utilisé des produits systémiques. En conventionnel, nous avons eu 1 % d'intensité d’attaque sur grappes contre 3,5 % en bio. Désormais, il faut voir ce que cela donne par forte pression. Nous allons reconduire les essais l’an prochain », indique Alexandre Davy.

Les expérimentateurs ont également mesuré la qualité de la pulvérisation avec un colorant. « La qualité des dépôts et la répartition de la bouillie sur les feuilles n’est pas très bonne. C’est logique, car ce dispositif produit de grosses gouttes au-dessus des rangs, sans soufflerie. En revanche, il n’y a pas de dérive », précise Alexandre Davy.

Avec la pulvérisation fixe, on peut aussi intervenir très rapidement. « On n’a pas besoin d’attendre que le sol soit praticable. On peut déclencher la protection juste avant une pluie », précise Alexandre Davy. Ce dispositif pourrait trouver une application pour la protection les parcelles en bordure des habitations. Une façon de répondre à la problématique des ZNT riverains… En revanche, le déployer sur des parcelles entières, reste de la science-fiction compte tenu du coût.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé