LE FIL

Languedoc

Quand les Terrasses du Larzac fêtent leurs 5 ans

Dimanche 27 octobre 2019 par Anne Schoendoerffer

400 convives étaient présents à la fête de la soulenque des Terrasses du Larzac
400 convives étaient présents à la fête de la soulenque des Terrasses du Larzac - crédit photo : Anne Schoendoerffer
L’AOC Terrasses du Larzac vient de célébrer son 5ème millésime en AOC lors de la soulenque (nom donné à la fête de fin de vendanges en Occitanie). Avec ses vigneron(ne)s jeunes, historiques, et les stars. Pour eux, pour leurs prescripteurs. Un succès qui reflète le dynamisme de cette jeune appellation.

Le temps menaçant en ce dimanche 13 octobre 2019 au château de Jonquières, dans le Languedoc, n’a pas fait fuir les 400 convives de la fête de la soulenque des Terrasses du Larzac. Les 2/3 des prodcuteurs se sont mobilisés pour célébrer les 5 ans de leur AOC. Les jeunes, les historiques, les stars. Avec leurs fidèles acheteurs. Plus de 170 professionnels ont fait le déplacement pour déguster du dimanche au lundi les vins présentés par les vigneron(ne)s. Majoritairement des cavistes et des restaurateurs à 50% d’Occitanie (Montpellier, Toulouse, Millau..). A 50% France (Pas de Calais, Saint-Etienne…). Et aussi quelques importateurs belges, hollandais, allemands. Jimmy Seras, caviste à Saint-Etienne (600 références et 2 points de vente) a fait le déplacement, car il a des affinités avec cette appellation. Et elle se vend bien. « Mes clients demandent ces vins et ils ont un bon rapport qualité/prix” déclare-t-il en dégustant les vins de Mathieu Torquebiau, vigneron du domaine l’Hermas, qu’il ne connaissait pas encore. Cette appellation montante plaît également pour la diversité de ses vins produits les 104 vignerons et les 4 coopératives.  Le négoce est également présent, comme avec Gérard Bertrand ou JeanJean. Elle se positionne comme la 1ère appellation en volume en bio avec 58% des surfaces et 78% des structures ayant choisi ce mode de production (bio, biodynamie et ceux en conversion).

Une AOC anti-dote à l'ennui

Sébastien Fillon, vigneron du Clos du Serres et nouveau président des Terrasses du Larzac, ne cache pas sa joie. Producteurs, acheteurs, politiques : dans une ambiance chic et décontractée, chacun mesure la force de cette jeune appellation qui mobilise l’ensemble des acteurs. Comme le note Charlotte de Béarn, la jeune et pétillante vigneronne du Château de Jonquières : « on est jeunes et on réalise des choses que les autres (appellations, NDLR) ne font pas, comme réunir ce soir au cœur de l’appellation, les prescripteurs qui nous suivent depuis plus de 20 ans ».  Pour Marie Chauffray, vigneronne au domaine de La Réserve d'O, une des anciennes présidentes de l’AOC : “il y a une bonne énergie et beaucoup de boulot aussi”. D’appellation Languedoc à Languedoc-Terrasses du Larzac pour enfin être AOC à part entière, 20 années se sont écoulées. D’ailleurs, parmi les institutionnels présents, Catherine Richer, la déléguée Territoriale Institut National Origine Qualité (INAO) qui a géré le dossier a fait le déplacement. Comme Jérome Villaret, délégué général du Conseil Interprofessionnel des Vins du Languedoc (CIVL) qui est venu ce soir pour prendre la température de l’AOC, 5 ans après et confie : “ c’est tellement gratifiant de voir que le projet s’est concrétisé plus vite qu’on le pensait par rapport au nombre de producteurs, les volumes, la reconnaissance”.

 

Le président de l’appellation veut remettre le Languedoc à sa place parmi les vins d’excellences. Au temps où les vins du Château de Jonquières se vendaient aussi chers qu’un Saint-Emilion. C'était en 1870.  Il souligne qu’il veut le faire avec “les autres AOC, comme le Pic Saint-Loup, la Clape, Faugères”. Ensemble. Et avec réalisme, il précise : “Le nombre de vignerons a augmenté ces dernières années. Chacun doit trouver sa place. On est quand même dans le Languedoc. Il faut prouver que l’on est au niveau. C’est là-dessus que l’on juge”.

Lors de cette fête de la Soulenque, chacun a pu juger. Comme il le résume parfaitement : “les vins des Terrasses du Larzac sont un antidote à l’ennui et à la standardisation".

 

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé