Accueil / Politique / Le ministre renvoie les professionnels à leur responsabilité

Paiements OCM
Le ministre renvoie les professionnels à leur responsabilité

Par voie de communiqué de presse publié ce 18 octobre, le ministre de l'agriculture explique que 95 % de l'enveloppe OCM a été versée, laissant sous-entendre que FranceAgriMer n'a pas démérité.
Par Marion Sepeau Ivaldi Le 18 octobre 2019
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Le ministre renvoie les professionnels à leur responsabilité
Le ministre de l'Agriculture renvoie les responsables professionnels à leur propre responsabilité dans la non-consommation de l'enveloppe OCM. - crédit photo : Marion Sepeau Ivaldi
S

uite au refus des responsables professionnels de siéger le 16 octobre au conseil spécialisé vin de FranceAgriMer pour marquer leur mécontentement sur la gestion des fonds de l'OCM vitivinicole, le ministre de l’agriculture réagit en faisant valoir que la presque totalité des fonds européens a été utilisée par la France. 95 % de l’enveloppe a été consommée, soit 265,3 millions d’euros, rappelle le ministre de l’Agriculture par la voie d’un communiqué de presse qui se borne à rester factuel… voire légèrement piquant, renvoyant le secteur a ses propres responsabilités.

Manque de demandes des entreprises

Le texte explique ainsi que « plusieurs facteurs sont responsables de cette situation : la baisse du nombre de demandes, l’absence de demande d’avances dans plusieurs bassins ». Un constat que l’on peut traduire par le sous-investissement du secteur vitivinicole à aller chercher les soutiens européens. Et par la fatalité des taux d’intérêts bas qui conduisent les entreprises à réaliser un emprunt plutôt qu’à avoir recours à une demande d’avance, dont le traitement administratif est complexe.

Cette complexité, le ministre la met également en avant dans son communiqué de presse. Et, certains y verront sans doute la menace du retour d’un débat sur le déploiement des Droits à Paiement de Base, un système d’aide agricole beaucoup plus simple à gérer pour FranceAgriMer. Enfin, le ministre de l’agriculture ne répond pas à la demande de Jérôme Despey de réaliser un audit dans les services de son administration. Mais, il fait savoir sa volonté d’ouvrir une mesure dédiée à l’innovation dans le secteur vitivinicole « afin de mieux accompagnement le secteur face aux mutations en cours et faciliter la consommation de l’enveloppe ». Une concertation sera lancée sur ce sujet.

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (2)
Thomas Montagne Le 22 octobre 2019 à 14:41:56
??L?absence de demande d?avances??..? Il est gonfl? le p?re Guillaume. J?ai dit pendant cinq ans au Conseil Sp?cialis? que le syst?me des avances ?tait un pis-aller destin? ? pallier la carence des services de FAM, et qu?? force de tendre l??lastique, ?a finirait par nous p?ter ? la figure. Nous y voil?, mais il ne peut pas dire qu?il n??tait pas au courant.
Signaler ce contenu comme inapproprié
Vantage Le 22 octobre 2019 à 14:31:41
Le plus mauvais ministre depuis longtemps, incapable de comprendre que ses services n?en font qu?? leur t?te. Pas de demandes d?aide : ?videmment il faut ?tre polytechnicien pour d?crypter le sabir de ces demandes et y r?pondre. Et puis, quelque soit le montant rendu, les italiens et les espagnols rendent ils un euro? Non. Pourquoi? Car ils sont l?g?rement plus pragmatiques : je prends l?oseille et ?ventuellement je la rends. Ici le juge de paix c?est le tribunal administratif. Marre de ces fonctionnaires qui ne comprennent pas que les subventions ce sont nos imp?ts, ceux des gens qui travaillent et qui produisent de la valeur ajout?e. Ce ne sont pas des cadeaux mais un juste retour.
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé