LE FIL

Pour les vignerons ardéchois

"Le vin nature créé la confusion, pas notre marque"

Lundi 21 octobre 2019 par Alexandre Abellan
Article mis à jour le 22/10/2019 10:35:11

Retirées du marché, ces étiquettes vont être remplacées par les noms Ardèche par Passion (pour la grande distribution) et Ardèche Notre Culture (réseau caviste).
Retirées du marché, ces étiquettes vont être remplacées par les noms Ardèche par Passion (pour la grande distribution) et Ardèche Notre Culture (réseau caviste). - crédit photo : UVICA
Les étiquettes Ardèche par Nature ne sont pas conformes à la réglementation pour la Direccte, qui demande à la cave coopérative d’écouler ses stocks et modifier ses étiquettes.

« Selon les fraudes, notre marque Ardèche par Nature créé de la confusion avec les vins nature. Mais ces derniers n’ont jamais été définis officiellement. L’INAO n’a même jamais voulu le faire ! » martèle Philippe Dry, le directeur général de l'Union des Vignerons des Coteaux de l'Ardèche (UVICA, 1 000 adhérents pour 6 000 hectares de vignes). Rapportée par V&S News, la décision de la Direccte Rhône-Alpes d’interdire la marque Ardèche par Nature (500 000 équivalents cols, en bouteille et BIB) se traduit par un délai d’écoulement des stocks jusqu’à la fin 2019 et le lancement d’étiquettes de remplacements (sous les noms Ardèche par Passion pour la grande distribution et Ardèche Notre Culture en réseau caviste).

Mais les Vignerons Ardéchois n’en démordent pas : l’avis de la Direccte n’est pas justifiée et sera contesté par tous les moyens. Si le recours administratif grâcieux lancé par l’UVICA ne connaît pas le dénouement souhaité, la cave coopérative envisage de saisir le juge administratif. « C’est le vin nature qui créé de la confusion, pas nous avec nos pratiques respectueuses de la nature. On ne fait pas de tromperie des consommateurs, nos produits Ardèche par Nature s’inscrivent dans une charte amenant les coopérateurs à une démarche environnementale (certifications bio ou Haute Valeur Environnementale) » souligne Philippe Dry.

"Motivation pour la transition"

Qui en veut pour preuve le partenariat signé cet été avec la Ligue pour la Protection des Oiseaux d’Auvergne-Rhône-Alpes (LPO). La communication sur cet évènement aurait d’ailleurs éveillé l’intérêt de la Direccte, qui a contrôlé dans la foulée l’UVICA, alors que la marque Ardèche par Nature existe depuis 2013. « Il y a d’autres marques dans le vignoble qui utilise le terme Nature, mais nous sommes les seuls à être visés » regrette Philippe Dry, qui voit dans cette interdiction un coup porté au virage environnemental de la cave. « On nous pénalise alors que cette marque est une motivation pour la transition agroécologique de nos producteurs » précise le directeur, ajoutant que cette démarche environnementale coûte plus de 500 000 euros par an à l’UVICA (avec des bonifications de 20 % pour les lots HVE et +40 % pour ceux en bio).

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé