Accueil / / Le Conseil d'État refuse le classement de 4 hectares à la famille Castéja

AOC Pauillac
Le Conseil d'État refuse le classement de 4 hectares à la famille Castéja

Suivant l'analyse de l'INAO, la plus haute juridiction administrative a rejeté les demandes d'entrée dans l'appellation médocaine, et le classement de 1855, de parcelles du château Lynch Moussas.
Par Alexandre Abellan Le 18 octobre 2019
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Le Conseil d'État refuse le classement de 4 hectares à la famille Castéja
Ayant accueilli les 1 500 convives de la fête de la fleur en clôture du dernier salon Vinexpo Bordeaux, le château Lynch-Moussas fêtait les 100 ans de son rachat par la famille Castéja (Philippe Castéja à gauche, Émile Castéja à droite). - crédit photo : Maison Borie-Manoux
L

e conseil d’Etat a tranché ce 14 octobre : le cahier des charges de l'appellation Pauillac restera inchangé et n’intégrera pas dans son aire AOC les 4 hectares de terrain demandés depuis des années par le château Lynch-Moussas (grand cru classé en 1855 de Pauillac). « Ce dossier date de 40 ans, c’est plus une affaire de famille qu’une affaire juridique viticole. La personne que vous devriez interviewer, mon père [Émile Castéja], n’est plus » pose Philippe Castéja, négociant à la tête du groupe Borie-Manoux (holding Borie Casteja Animation Participation), notamment propriétaire du château Lynch Moussas (62 hectares en AOC Pauillac et Haut-Médoc) et président du conseil des grands crus classés en 1855 (Médoc et Sauternes).

Disparu ce 27 juillet à 97 ans, Émile Castéja aura échappé à l’exaspération de voir son combat judiciaire finir sur cet arrêt et le versement au titre des frais exposés de 3 000 euros à l’Institut National de l’Origine et de la Qualité (INAO). « Lynch Moussas est à cheval sur plusieurs communes. Il y a 40 ans, un accord avait été trouvé entre mon père et l’INAO pour compenser des déclassements de vignes par l’intégration de parcelles au moment de la révision de l’aire » explique Philippe Castéja.

Pas d’erreur d’appréciation

Validée en 2017 par une commission d’experts, la procédure simplifiée de réactualisation du cahier des charges de l’AOC Pauillac n’a classé que 3 hectares sur les 7 ha demandés par le château Lynch Moussas sur le lieu-dit Petit Moussas (au sud-ouest de la commune de Pauillac). Soulignant l’absence d’« erreur d’appréciation », le Conseil d’Etat a validé cette décision en soulignant que la pédologie de l’AOC Pauillac est définie par une « nature des sols graveleuse ou sablo-graveleuse à condition que la teneur en sable fin, généralement d'origine éolienne, soit assez faible et que la perméabilité des sols soit correcte ». Alors que « les parcelles litigieuses [ont un] profil composé de sables humifères épais profonds, reposant sur des argiles sableuses compactées, avec une très faible présence de grave et sur une situation topographique et hydromorphique défavorable » rapporte la plus haute juridiction administrative.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé