LE FIL

Transition écologique

Le blues des impétrants à la HVE

Jeudi 26 septembre 2019 par Marion Sepeau Ivaldi

La certification Haute Valeur environnementale demeure dans l'incertitude de sa valorisation par le marché.
La certification Haute Valeur environnementale demeure dans l'incertitude de sa valorisation par le marché. - crédit photo : Vinimed
La HVE se répand dans le vignoble. Non sans que des questions n’émergent.

La certification HVE gagne du terrain à toute vitesse dans le vignoble. « Les acheteurs nous ont demandé que la majorité de l’offre soit certifiée en 2020 » rapporte Ludovic Roux, président de la cave des Terroirs du Vertige. Du coup, les caves coopératives convertissent les producteurs à la certification. Mais, cet engagement n’est pas sans poser des questions.

La promessse de l'augmentation du revenu

Sur la rémunération des produits notamment. « L’approche de la loi EGAlim est de promouvoir ces démarches environnementales en assurant une valorisation des produits afin de garantir un revenu juste au producteur » rappelle Gérard Bancillon. Et Jean-Jacques Jarjanette, directeur des Vignerons indépendants de France et président de l’Association nationale pour le développement de la certification HVE d’expliquer dans une tribune parue dans Challenges : la HVE « participera de façon massive à la fois à la protection de la biodiversité sur nos territoires et à l’augmentation de la rémunération de nos agriculteurs ayant pris des engagements forts à cet égard. Pour beaucoup la HVE va devenir un segment aussi important que le bio en représentant à terme 30 à 40 % du marché alimentaire ».

Une condition d'accès au marché

Mais, au-delà de l’espoir, d’autres se questionnent. Pour Boris Calmette, président des Vignerons coopérateurs, il y a peu de doutes que la HVE réussisse à garantir une rémunération supérieure à l’avenir. « Elle deviendra vite une simple condition d’accès au marché » prévoit-il. Déjà, note Gérard Bancillon, « d’importants volumes de vins HVE sont partis en MDD » à l’ouverture de la nouvelle campagne. Les contrats passés font état d’une valorisation des vins en vrac HVE de 5 euros/hl (index posé par Castel). La réaction du marché spot sera intéressante à observer. Ainsi, Ludovic Roux est bien en mal de prévoir l’évolution des cours. « Nous avons conservé 20 % de nos volumes HVE pour les commercialiser ». Et d’attendre de voir si ces vins se placeront plus facilement avec une meilleure valorisation. En Provence, aussi, on s’interroge sur la valorisation. « Les vins HVE doivent être mieux rémunérés mais, en Provence, nous devons faire très attention à une augmentation de prix dans un contexte de cours élevés » souligne Jean-Claude Pellegrin.

Les ZNT riverains démotivent

Ce dernier note par ailleurs un certain découragement des viticulteurs à s’engager dans la certification HVE. « La motivation était là ! » explique-t-il. Mais elle est retombée suite aux débats sur les ZNT riverains, constate-t-il. « Les viticulteurs s’interrogent : à quoi cela une certification si l’image de notre métier n’évolue pas ». Ainsi, la lassitude en aurait découragé certains…

Et une question demeure : qui de la grande distribution ou des organisations professionnelles, la généralisation de la HVE est le fait ? Si les grandes enseignes affichent toutes leur intérêt et leur volonté de généraliser leurs achats sur les produits labellisés HVE, les organisations professionnelles ont multiplié les engagements en faveur de la certification, chacune affichant des objectifs de nombre d’exploitations certifiées dans les 5 à 10 ans qui viennent. Mais la question de la politique des prix a très peu été abordée. Et si elle continue à être inexistante, la prévision de Boris Calmette risque fort de se vérifier… Reste la proposition d'élargir le crédit d'impôts dont bénéficient les conversions bios aux exploitations engagées dans la HVE (proposition notamment soutenue par les Vignerons indépendants). Encore faut-il que l'Etat et le Parlement retiennent cette suggestion.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé