LE FIL

Mini-baies, maxi-enjeux

Vendredi 06 septembre 2019 par Marion Sepeau Ivaldi

Les baies sont petites. Voire, très petites. C’est le constat tiré dans la majorité des vignobles cette année, alors qu'ils sont rentrés ou s’apprêtent à rentrer dans le dur des vendanges. En moyenne, les baies ont volume inférieur de 20 à 30 % par rapport à 2018. De quoi laisser s’abattre la déception dans les vignes, surtout quand vient le moment de mesurer les rendements en jus. La sécheresse aura ainsi impacté chacun, amplifiant les pertes de récolte liées aux accidents climatiques plus ponctuels comme le gel, grêle, échaudage, coulure et millerandage. Une année comme 2019 rappelle l’importance de développer l’accès à l’eau et de bâtir un solide dispositif de gestion des risques.

Voilà certainement des sujets pour le Grenelle de la viticulture, souhaité par l’Association nationale des élus du vin. Son idée est de réunir les pouvoirs publics et représentants de la production pour construire une stratégie globale pour la viticulture. Celle-ci existe peu ou prou dans le plan filière rédigé dans le cadre de la loi EGAlim. Mais, il est vrai que certaines propositions formulées sont restées lettre morte. Comme si, l’administration avait égaré un plan qui proposait notamment la fin de l’utilisation d’herbicides sur au moins 50 % des surfaces plantées et la certification HVE de 50 % des exploitations viticoles en 2025. Aussi, si ce Grenelle peut a priori apparaître comme une coquille vide, il peut être une opportunité pour remettre sur le devant de la scène politique des sujets d’engagements fort. Et, il y en a ! Reste à savoir si les organisations professionnelles viticoles seront en capacité de parler d’une seule voix. Ce qui reste à démontrer !

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé