LE FIL

Alsace

Statu quo sur le rendement

Mercredi 04 septembre 2019 par Christophe Reibel

Malgré les voix divergentes sur le niveau de rendement, le Crinao d'Alsace a voté en majorité pour un statut quo à 80 hl/ha.
Malgré les voix divergentes sur le niveau de rendement, le Crinao d'Alsace a voté en majorité pour un statut quo à 80 hl/ha. - crédit photo : CC0 Creative Commons
Les viticulteurs alsaciens devraient pouvoir rentrer 80 hl/ha en générique en 2019, malgré l’avis contraire du négoce et des vignerons indépendants.

Le bras de fer autour du niveau de rendement autorisé en AOP Alsace en 2019 a bien eu lieu, mais pas forcément là où on l’attendait. L’assemblée générale du 2 septembre des délégués de l’Association des viticulteurs d’Alsace (Ava) s’est ralliée à une très large majorité à la proposition de la coopération de conserver les 80 hl/ha. « A quelques heures des premiers coups de sécateur (Ndlr : donnés le 4 septembre), un changement de la règle n’aurait pas changé grand chose » a concédé en conférence de presse Jérôme Bauer, président de l’Ava, les medias n’ayant pas été conviés aux échanges. Le négoce, resté muet pendant les débats de l’Ava, a précisé sa position à la séance du Crinao qui a suivi. Il a défendu 70 hl/ha, 5 de plus que les vignerons indépendants du Synvira en demandaient. L’instance régionale qui regroupe 14 membres de la production, 8 du négoce et 6 représentants de l’administration, a voté en faveur des 80 hl/ha avec une majorité relative de 13 voix pour, 7 contre et 6 abstentions. Le dernier mot reviendra au comité national de l’Inao de ce 5 septembre. « Baisser le rendement créerait une fracture entre les familles professionnelles » a averti Jérôme Bauer.

Quel vignoble d’ici vingt ans ?

Alors que le vignoble est sur un rythme de vente de 910 000 hl, qu’il a récolté 1,2 Mhl en 2018 et s’apprête à rentrer vraisemblablement un peu moins d’un million d’hl en 2019, que les cours du vrac sont en berne, le moment pour se livrer une éventuelle guerre fratricide semble pour le moins malvenu. Coopération, négoce et vignerons indépendants en sont quelque part conscients puisqu’ils ont convenu de débattre dès cet hiver de leur vision du vignoble à court, moyen et long terme (vingt ans), ne serait-ce par exemple que pour savoir dans quel segment de valorisation l’Alsace souhaitait s’inscrire. Parmi d’autres, la question du rendement reviendra donc très vite sur le tapis…

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé