LE FIL

 Je reprends ma lecture 
{{str_intro_2}}
{{str_intro_3}}
{{message_alert}}
 {{bt_suivant}} 

 Je réponds 

Ardèche

Mystère autour d’un plantier desséché

Vendredi 16 août 2019 par Marion Sepeau Ivaldi

Sur quatre rangs, le jeune plantier est complètement desséché.
Sur quatre rangs, le jeune plantier est complètement desséché. - crédit photo : David Charousset
Quatre rangs d’un plantier installé près d’une route passante ont complètement séchés. Un acte de malveillance ?

Calme et un rien dépité, David Charousset, viticulteur à Vinezac en Ardèche, raconte son histoire. « Le 30 mars dernier, j’ai planté une parcelle de grenache noir ». L’implantation se passe bien, jusqu’à ce que, le 9 juin, le viticulteur découvre que quatre rangs près d’une route passante sont en train de jaunir. « J’ai arrosé tout de suite et suis repassé quatre jours après pour arroser à nouveau » rapporte-t-il. Mais rien n’y fait. Les jeunes vignes sèchent complètement. « Nous étions en pleine canicule. Je pensais que j’avais fait une erreur ». Il fait venir le pépiniériste qui n’a pas d’explications et qui lui propose de replanter. « Mais, la chaleur que nous connaissions m’a fait peur. J’ai préféré repousser la replantation à l’année prochaine ».

Désherbant ?

Reste que cette histoire le fait réfléchir. Il cherche l’explication. Il décide de demander au groupe Facebook « Matériel et viticulture » si quelqu’un a le début d’un indice. « Une personne m’a contactée en message privé pour me dire que le 7 juin entre 20h45 et 21 h, une personne était dans la parcelle avec un pulvérisateur à dos » explique-t-il. Depuis, il est convaincu qu’un desherbant a été appliqué sur ses jeunes vignes.

Plainte déposée

« J’ai déposé plainte à la gendarmerie ce 14 août » précise-t-il. Mais, les gendarmes lui ont dit qu’il serait difficile d’identifier la personne. Et, en absence de l’identification du responsable, impossible de faire jouer l’assurance pour compenser la perte de ces 350 pieds de vigne. David Charousset attend de voir si l’enquête porte ses fruits. Mais surtout, ce qui lui est arrivé l’a fait se rappeler qu’il y a cinq ans, trois rangées d’une de ses plantations avaient aussi complètement desséchées. Elles aussi situées près d’une route passante. Ce ne serait donc pas la première fois qu’il serait victime d’un acte de malveillance…

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé