LE FIL

Les préconisations de la SRDV

Qu'en est-il de l'assimilation minérale en Vallée du Rhône Sud ?

Lundi 29 juillet 2019 par Vitisphere

Qu'en est-il de l'assimilation minérale en Vallée du Rhône Sud ?

Les stades boutons floraux séparés et floraison

              Le stade Taille de Pois est un stade à « mi-parcours ». C’est le dernier stade où la lecture concernant les éléments des organes jeunes est intéressant (Azote, Phosphore). C’est aussi le début de la caractérisation de l’équilibre potasso-magnésien. En effet, la dynamique du Magnésium est normalement croissante au cours du cycle et est visible à partir du stade Taille de Pois.

              Ensuite, le stade Fermeture de la Grappe permet une bonne visualisation de l’équilibre K/Mg et d’envisager les derniers apports avant Véraison ou en encadrement de véraison. Ce stade est particulièrement intéressant pour le pilotage d’apports potassiques pour la gestion de la maturation ainsi que le pilotage de la teneur en Potassium dans les moûts.

Entre orages, grêles et fortes chaleurs

            Après un printemps très sec, le mois de juin s’est révélé légèrement plus plus pluvieux, mais toujours en dessous des moyennes de saison. Le cumul de pluie reste faible, au même niveau qu’en 2017.

              Les températures sont restées très basses au mois d’avril et de mai ce qui n’a pas permis une bonne assimilation des éléments minéraux et donc un développement végétatif suffisant. Le feuillage étant peu développé par endroit, les fortes chaleurs du mois de juin ont conduit à des brûlures sur certains secteurs. Ces brûlures sont plus ou moins sévères en fonction des seceturs et des températures dépassant parfois localement les 44°C.

              Malgré ces fortes chaleurs, le cumul des températures reste assz faible, semblable à celui de 2016.        

Des assimilations en hausse mais dans des niveaux encore très bas

 

         L’augmentation des températures et les apports en début de cycle ont permis d’améliorer l’assimilation de certains éléments minéraux.

         Cependant, les assimilations sont restées très faibles, biens plus basses que les années précédentes. Cela va impacter la photosynthèse, la croissance des baies et les rendements ainsi que les capacités de fermentation. Des problèmes de maturité sur des cépages tardifs pourront également avoir lieu du fait des faibles assimilations en potassium cette année.

 

Des oligo-éléments plutôt bien assimilés

                            L’assimilation en fer qui était très basse aux précédents stades est repartie à la hausse. C’est très positif pour l’activité photosynthétique de la vigne et les rendements. Les autres oligoéléments affichent également des assimilations en hausse dans des niveaux très corrects.

        

L’assimilation des éléments majeurs restent faibles. Les faibles pluies du mois de juin n’ont pas permis une minéralisation suffisante.

On constate néanmoins une meilleure assimilation des oligoéléments et notamment du fer qui était à des niveaux très bas aux stades précédents. Cela va favoriser l’activité photosynthétique.

À ce stade, l’importance est de maintenir un feuillage suffisant pour protéger la vigne et les grappes et maintenir une évapotranspiration suffisante pour favoriser les assimilations minérales et hydriques.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé