LE FIL

Lanson-BCC

Recul de 9.9 % du chiffre d'affaires au premier semestre

Lundi 29 juillet 2019 par AFP

Lanson-BCC a souligné que le premier semestre ne représentait qu'environ un tiers des ventes annuelles mais la moitié des charges fixes, et, par conséquent, que le chiffre d'affaires et le résultat au 30 juin «ne peuvent être représentatifs de ceux de l'ensemble de l'exercice».
Lanson-BCC a souligné que le premier semestre ne représentait qu'environ un tiers des ventes annuelles mais la moitié des charges fixes, et, par conséquent, que le chiffre d'affaires et le résultat au 30 juin «ne peuvent être représentatifs de ceux de l'ensemble de l'exercice». - crédit photo : DR
Les ventes de Lanson-BCC en nette baisse au premier semestre, la loi Alimentation est pointée du doigt

Le groupe de maisons de champagne Lanson-BCC a annoncé jeudi 25 juillet, un net recul de ses ventes au premier semestre 2019, pointant du doigt, entre autres, la loi Alimentation, une semaine après un autre acteur du champagne, Vranken-Pommery.
«Le groupe Lanson-BCC enregistre pour le premier semestre 2019 un chiffre d'affaires consolidé de 79,47 millions d'euros», soit -9,9% par rapport au premier semestre 2018 (88,19 millions d'euros), a indiqué le groupe dans un communiqué.

Baisse de la consommation hexagonale


«En France, les volumes des maisons du groupe ont été globalement affectés par le tassement de la consommation dans une conjoncture morose marquée par les mouvements sociaux, le climat électoral et la mise en place de la loi +Egalim+ (loi Alimentation) dans la grande distribution», a souligné le groupe.
A l'exportation, «les ventes du groupe, contrastées selon les maisons, ont progressé avec des effet prix-mix favorables sur plusieurs destinations européennes», a affirmé le groupe, mettant en avant le Royaume-Uni «où les ventes s'améliorent pour la première fois après la dégradation constatée ces derniers exercices».

EGAlim en cause

Lanson-BCC a souligné que le premier semestre ne représentait qu'environ un tiers des ventes annuelles mais la moitié des charges fixes, et, par conséquent, que le chiffre d'affaires et le résultat au 30 juin «ne peuvent être représentatifs de ceux de l'ensemble de l'exercice».
Le 18 juillet, le producteur de vin et de champagne Vranken-Pommery avait également annoncé un recul de ses ventes au premier semestre, et attribué cette contre-performance à la loi Alimentation, plus précisément à l'encadrement des promotions.
Depuis le 1er janvier 2019, la loi Alimentation, qui vise à redonner du revenu aux paysans, interdit notamment des promotions excédant 34% du prix de vente au consommateur. De fait, les promotions du type «un acheté, un gratuit» sont interdites au profit de «deux achetés, un gratuit».

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé