Accueil / Viticulture / Un paillage en amidon de maïs

Alternative aux herbicides
Un paillage en amidon de maïs

La société Phormium a développé un paillage en amidon de maïs dont la durée de vie est de 10 ans. Il est testé dans plusieurs vignobles.
Par Christelle Stef Le 29 juillet 2019
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Un paillage en amidon de maïs
La toile en amidon Duravigne est de couleur marron. Elle a d'abord été testée en Suisse - crédit photo : Phormium
L

a société Phormium a développé un paillage tissé à base d’acide polylactique (PLA) obtenu à partir d’amidon de maïs. « Il est aussi efficace qu’un paillage classique en polypropylène mais l’avantage est qu’il est biosourcé », explique Rémy Ballet, le responsable des ventes. Sa durée de vie est de 10 ans. Au départ ce paillage a été développé pour les paysagistes. Puis en 2014, un groupement de viticulteurs bio suisses du Valais décide de le tester. « Ils sont satisfaits du résultat et continuent de déployer ce paillage. En 2018, nous avons couverts entre 20 et 25 000 m2 chez ces viticulteurs ». Phormium lance donc des expérimentations en France. En 2018, elle a mis en place un essai sur une plantation chez un vigneron Nantais qui travaille en conventionnel. Cette année, elle a démarré des tests sur des vignes installées à Nuits saint Georges en Bourgogne ; dans le Bordelais à Saint-Emilion et à Montagne-Saint-Emilion et en Champagne. « D’autres projets sont à l’étude à Angers et dans le Tarn », précise Rémy Ballet.

Installation facile dans les plantiers

« L’installation dans les plantations est très simple : il suffit de dérouler le paillage et d’installer les plants dessus. Dans les vignes installées, l’opération est plus compliquée. Il faut ouvrir une tranchée à 20 cm de part et d’autre de la ligne des souches et dérouler le paillage de chaque côté. Ensuite il faut l’agrafer à l’endroit où les deux morceaux se chevauchent. On réfléchit actuellement à mécaniser l’opération », précise Rémy Ballet.

Il empêche la pousse des adventices

Selon Phormium ce paillage est efficace. « Il est herbistatique. Il empêche la pousse des adventices. Mais il peut quand même y avoir des repousses si la toile est abîmée. Il peut aussi y avoir quelques adventices qui se développent juste au niveau du cep de vigne. Mais elles peuvent se retirer facilement », assure Rémy Ballet.

Phormium lance donc la commercialisation de ce paillage en viticulture sous la marque Duravigne. « On le propose en rouleaux de 100 m de long avec une largeur de 5 m. On découpe la largeur à la demande (sous réserve que cela reste un multiple de 5 pour ne pas avoir de chute)".

Côté prix : comptez autour de 1,50 € le m2.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (4)
VignerondeRions Le 30 juillet 2019 à 22:13:09
Un paillage biodégradable sans impact sur la nature, ce serait une bonne idée. Je ne suis pas certain en lisant cet article que ce paillage le soit, il est bio sourcé, mais le plastique issue du pétrole l'est aussi, le pétrole est un truc qu'on trouve naturellement dans le sol... Le problème c'est que les plastiques divers et variés ne s'auto-détruisent pas sans nous laisser quelques résidus ennuyeux. Donc je me demande juste si l'argument du bio sourcage n'est pas juste l'arbre qui cache la forêt, et je ne vous cache pas que ce serait super de nous informer jusqu'au bout en ayant ce type de précision.
Signaler ce contenu comme inapproprié
Miaou Le 30 juillet 2019 à 21:13:05
Il y a un effet net de réduction du nombre de tâches issues des contaminations primaires du mildiou
Signaler ce contenu comme inapproprié
Bissot Le 30 juillet 2019 à 15:42:47
Bonjour, searait il possible d'être livré en Belgique ?
Signaler ce contenu comme inapproprié
Lecourt Julien Le 29 juillet 2019 à 09:41:17
Solution interessante pour le controle des adventices. Avez vous mesuré l'effet sur les degats de gel, le paillage freine t'il les transferts de chaleur sol-atmosphere?
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé