LE FIL

Mauvaises surprises

La coulure s'invite dans le millésime 2019

Jeudi 04 juillet 2019 par Hélène de Montaignac

La coulure s'invite dans le millésime 2019
Cette année, la coulure et le millerandage touchent particulièrement le Val de Loire, Cognac et le Bordelais. Pas d’alarme à ce jour.

A Cognac où la vigne est au stade grains de plomb le 2 juin, de nombreuses grappes ont subi le millerandage et la coulure. « Les grappes sont également très petites en comparaison des autres années », s’étonne Magdalena Girard, de la Chambre d’agriculture de Charente- Maritime. Dans le Bordelais, on observe de la coulure et du millerandage principalement sur les vignes tardives, notamment celles qui ont souffert du gel et de la grêle. « Ces vignes ont subi à la fois un décalage de la pousse et des chocs physiologiques qui ont pertubé la fécondation », explique Bruno Samie, de la Chambre d’agriculture de Gironde.

Dans le Sancerrois en Val de Loire, les vignes atteintes du court-noué sont touchées à 90 % par millerandage et coulure. Ces troubles de la fécondité comptent parmi les symptômes de cette dégénérescence de la vigne, présente sur près de 10 % des surfaces viticoles du Sancerrois. « Cette année, sur ces vignes la pousse a été très tardive, au moment de la floraison, et mobilisée par les apex et les feuilles au détriment des grappes », témoigne François Dal, de la Sicavac. La coulure peut aussi parfois s’avérer favorable. Toujours dans le Sancerrois, « près de 30 % des pinots noirs ont été touchés », ajoute François Dal. Mais compte tenu de la belle sortie de grappes, cet éclaircissement « naturel » est favorable au développement des baies, tout en facilitant la viticulture : « cela évitera de devoir faire un éclaircissement en vert », ponctue François Dal.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé