LE FIL

Les femmes se rencontrent

Déconstruire le genre du vin

Lundi 24 juin 2019 par Marion Sepeau Ivaldi

Les membres de l'association Women do wine ont échangé sur différents sujets liés à l'exercice de leurs métiers dans le monde du vin.
Les membres de l'association Women do wine ont échangé sur différents sujets liés à l'exercice de leurs métiers dans le monde du vin. - crédit photo : Marion Sepeau Ivaldi
Réunies à la Bellevilloise à Paris, ce 23 juin, les membres de l’association Women do Wine se sont rencontrés pour la première fois. Avec un message fort : déconstruire le genre du vin.

Grande première pour l’association Women Do Wine. Le 23 juin, ses membres se sont réunis pour la première fois pour un évènement ponctué de conférences, master class et dégustation. Cette association, qui réunit des femmes travaillant dans le vin, s’est d’abord constituée via les réseaux sociaux. La rencontre parisienne est ainsi la concrétisation d’un mouvement qui prend peu à peu racine à travers les professionnelles du vin : la reconnaissance des femmes dans le monde du vin, et surtout : la fin des clichés sur les femmes et le vin.

Car si les femmes sont de plus en plus présentes dans le monde du vin, elles ne sont pour autant pas épargnées par les clichés. « Pour une femme, tu t’en sors bien » s’est vu entendre une vigneronne. « Et sinon, il est où votre mari ? » « Qui ? » « Ben celui qui fait le vin », a du supporter une autre vigneronne de la part d’un client. Les anecdotes sont pléthoriques et prêtent à sourire… La journée a permis aux femmes d’en parler et de partager les propos sexistes qui ne manquent pas de ponctuer leur parcours professionnel.

Pour la fin du cliché suprême

Reste que le cliché parmi les clichés est certainement celui du genre du vin. L’idée qu’il existerait des vins masculins et des vins féminins est dans tous les discours. Or, il est scientifiquement infondé. Le goût n’appartient ni aux hommes, ni aux femmes. Mais bien à chaque individualité. Certaines ou certains aiment les vins légers, certains ou certaines les vins sucrés, certaines ou certains les vins charpentés… « S’intéresser au vin, c’est explorer un monde sensoriel vaste, très personnel, un univers de liberté. On a oublié la neutralité du vin. Le discours sur le vin ne l’a pas encore compris ! » constate Birte Jantzen, journaliste indépendante.

Mais alors, comment changer les choses pour que la neutralité s’impose ? « Il faut déconstruire le discours sur le genre du vin » pose Florentine Mälher-Besse, sémiologue du vin.  Et, poursuit-elle, « cette déconstruction est facile quand on en a conscience. Il suffit d’ouvrir le dialogue et prêter attention aux mots que l’on dit et que l’autre dit ». Le langage, il est vrai, structure notre appréhension du monde.

 

 

Quelques idées qui ont émergé

Durant les débats menés par les Women Do Wine, des pistes pour l’association ont été soumises :

  • Créer une cellule de soutien pour les femmes du vin soumises au harcèlement, au viol ou aux outrages sexistes.
  • Créer une liste de femmes du vin pour que les médias puissent y piocher des expertes.
  • Développer la sororité entre les femmes et se coopter entre femmes.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé