LE FIL

 Je reprends ma lecture 
{{str_intro_2}}
{{str_intro_3}}
{{message_alert}}
 {{bt_suivant}} 

 Je réponds 

Bordeaux

Bernard Magrez attaque la commune de Léognan

Jeudi 23 mai 2019 par Colette Goinere

Laurent Barban, maire de la commune de Léognan : 'Ce n’est pas une guerre de tranchée. Ma porte reste grande ouverte'.
Laurent Barban, maire de la commune de Léognan : 'Ce n’est pas une guerre de tranchée. Ma porte reste grande ouverte'. - crédit photo : Aurélien Marquot
La commune de Léognan, en Gironde, a pris un arrêté municipal concernant l'installation de tours anti-gel. Bernard Magrez, propriétaire de grands vignobles, en conteste le bien-fondé et a assigné la municipalité au tribunal administratif de Bordeaux.

Laurent Barban en convient,  l’affaire est délicate : « Nous sommes dans une procédure juridique avec Bernard Magrez. Je ne peux que regretter une telle situation qui ne se règle pas en bonne intelligence »  lâche le maire de Léognan, commune de 10 000 habitants, qui compte une bonne trentaine de châteaux viticoles, dont des crus classés,  sur son territoire. Les relations entre Bernard Magrez et la commune, sont plus que fraiches.

A LIRE AUSSI

Chinon
38 nouvelles tours anti-gel
Mes meilleurs voisins
La tour de la discorde

Pas de législation

Tout démarre au début du printemps  2018 : un voisin du château Le Sartre, 33 ha, en AOC Pessac Léognan,  découvre qu’une tour anti gel de 10 mètres de hauteur est en train d’être installée à cinquante mètres de son grillage et à une centaine de mètres de son habitation. Effroi et cris d’orfraie du riverain du château Le Sartre acquis par les vignobles Magrez quelques mois auparavant. Laurent Barban qui entend jouer un rôle de médiateur dans cette affaire, doit se rendre à l’évidence : «  il n’y a aucune législation ni règlementation qui régit l’implantation de tours anti-gel » indique-t-il.

Début 2018, il a bien tenté d’obtenir de l’aide auprès de la préfecture de Gironde. En vain. « Je n’ai jamais eu  de réponse de la part du préfet" confie-t-il.  Du coup, il instaure une règle à minima au travers d’un arrêté municipal mis en œuvre fin avril  de cette année-là, qui  règlemente l’implantation des tours anti-gel. Elles devront  être distantes  de 200 mètres des habitations. De même  une demande d’urbanisme  devra être déposée officiellement sachant qu’il y a édification d’une dalle de béton.

Le sang de Bernard Magrez ne fait qu’un tour. Il rejette le bien fondé de cet arrêté. "Dans la semaine qui a suivi la promulgation de l’arrêté, il assignait  la commune au tribunal administratif de Bordeaux " indique  Laurent Barban. Pour autant, le maire de Léognan veut jouer l’apaisement : "Ce n’est pas une guerre de tranchée. Ma porte reste grande ouverte". Pour  l’heure Bernard Magrez ne l’a pas franchi.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé