LE FIL

Packaging

Trois exemples de nouveaux champagnes

Jeudi 23 mai 2019 par Marion Sepeau Ivaldi

Palmes d'or est relancée par Nicolas Feuillatte.
Palmes d'or est relancée par Nicolas Feuillatte. - crédit photo : Marion Sepeau Ivaldi
La créativité est de mise en matière de packaging pour le Champagne. Trois exemples repérés sur Vinexpo.

Créer l’expérience de dégustation

Champagne Laurent Lequart présente Cœur de Cuvée, un opus tiré à 455 cols cette année qui affiche la différence tant sur le packaging qu’à l’intérieur du flacon. La bouteille arbore une étiquette collée à la main et réalisée en pierre agglomérée (produite par la société de marquage industrielle), donnant un aspect minéral et naturel. « Toutes les étiquettes seront différentes avec des variations de gris plus ou moins claires mais aussi un toucher qui peut être lisse ou plus rugueux » précise Kevin Sibille, export manager du Champagne Laurent Lequart. Ce caractère unique de l’étiquette souligne l’expérience de dégustation qui se veut à chaque bouteille unique. Cette intention se trouve également dans le bouchage, traditionnel à la ficelle avec un cachet de cire apposé à la main. Un ciseau permet de couper facilement la ficelle. Cœur de cuvée est présentée, pour le circuit caviste, dans un coffret en carton qui laisse voir le bouchage ; pour le circuit restauration, le coffret est en bois. Le vin, issue de vigne de la Vallée de la Marne, est un assemblage de 40% de pinot meunier, 30 % de pinot noir et 30 % de chardonnay. Les raisins sont pressés en assemblage. Ces jus constituent 80 % de Cœur de cuvée, ils sont assemblés avec des vins de réserve, selon le principe de la réserve perpétuelle. L’assemblage se fait par lot de 120 bouteilles de manière à adapter à chaque fois le dégorgement, le vieillissement des vins issus de la base vendange et de la réserve perpétuelle. Ainsi, chaque lot sera différent tout en gardant le même style, à savoir une recherche de pureté et de minéralité. La clientèle professionnelle peut réserver entre 24 et 30 cols d’allocation de ce Champagne positionné à 150 euros (PVC). 50 % du lot à déjà été vendue, principalement à l’export.

Une tête de lion pour cibler les jeunes

Charlotte Chaudron, héritière de la Maison Chaudron, et son associée et amie Johana Antonucci lancent Leo de Verzay. « C’est une nouvelle marque destinée aux jeunes. A travers elle, nous cherchons à les attirer vers le Champagne ! » indique Charlotte Chaudron. Les deux jeunes femmes, passionnées d’astrologie, ont choisi d’apposer une double tête de lion, comme un clin d’œil à leurs signes personnels, l’une est lion, l’autre gémeau. « Nous avons donc doubler la tête de lion » explique Charlotte Chaudron. Véritable bijou, orné d’un cristal Swarovski, ce double lion a été dessiné par Johana Antonucci. Il est aussi un hommage au grand-père de Charlotte Chaudron, qui s’appelait Lionnel (NDLR : de leo en latin, lion). Positionné à un PVC oscillant entre 32 et 34 euros départ cave, Leo de Verzay se décline en blanc, rosé et brut. Le brut est un assemblage des Premiers et Grands Crus de la Montagne de Reims. Le blanc est issu exclusivement de Chardonnay Premier Cru. 

 

Deux cuvées pour l'international

Comme Nicolas Feuillatte l’a annoncé, la marque met le cap tout vers l’export. Palmes d’or est lancé dans cet objectif (PVC : 130 euros). « Nous relançons la cuvée iconique créée en 1963 » indique Christophe Juarez, directeur général de Nicolas Feuillatte. Dans un style épuré, c’est le travail de relief sur une bouteille aux épaules au galbe léger, qui vient soutenir et souligner le caractère luxueux de la bouteille. Le coffret à l’intérieur doré vient mettre en valeur Palmes d’or. Cette dernière s’accompagne d’un livret : « le dictionnaire amoureux de Palmes d’Or » dans lequel des personnalités expliquent le secret de leur art comme Lison de Caunes (maître d’Art en marqueterie de paille) ou Thierry Marx (Grand chef cuisinier).

Nicolas Feuillatte présente également la cuvée du Patrimoine mondial. « Il s’agit de la mise en avant du patrimoine mondial en association avec les terroirs de vigne de Champagne. Il s’agit d’associer la marque avec le voyage pour lui donner une perspective mondiale » explique Christophe Juarez. Positionnée à un PVC de 28 euros, la cuvée est également une évocation du goût du voyage de Nicolas Feuillatte qui a vécu aux USA et en Australie. Avec cette édition, Nicolas Feuillatte poursuit donc également son ambition de conquête des marchés internationaux en ouvrant la marque à des valeurs mondiales. Recouverte d’un sleeve, la bouteille renferme un brut sans année. Le vin est vieilli une année de plus que le champagne brut sélection, l’assemblage diffère légèrement également.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé