LE FIL

En développement

InVivo Wine organisé connaît ses premiers succès commerciaux

Mardi 14 mai 2019 par Marion Sepeau Ivaldi

Frédéric Noyère, directeur général d'InVivo : 'nous développons des marques de vin globales et locales en fonction des attentes du marché'.Frédéric Noyère, directeur général d'InVivo : 'nous développons des marques de vin globales et locales en fonction des attentes du marché'. - crédit photo : Marion Sepeau Ivaldi
Sur Vinexpo, In Vivo Wine a présenté une organisation clarifiée et sa stratégie globale pour porter son chiffre d’affaires à 1 milliard d’euros d’ici 2025.

L’objectif affiché est ambitieux : atteindre les 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires d’ici 2025 quand celui de 2018 affiche 300 millions d’euros. InVivo Wine continue d’afficher des prétentions fortes pour son avenir même si l’entreprise se construit lentement. « Je suis confiant pour l’avenir. Nous sommes une entreprise de mission, nous travaillons sur le temps long, malgré les difficultés du quotidien » a expliqué Thierry Blandinières, président directeur général d’InVivo, le 13 mai sur Vinexpo. D'ailleurs, InVivo Wine n'exclut pas de nouvelles acquisitions dans un futur proche.

Succès pour Château Maris 

InVivo Wine connaît d’ailleurs ses « premiers succès commerciaux » confie Bruno Kessler, nommé début janvier chief winemaker. Les vins de Châteaux Maris et la marque espagnole Hom seraient en train de décoller. InVivoWine a ainsi écoulé 1 million de cols de vins bios sous les marques Château Maris (issus des raisins de la propriété en bio et biodynamie) et Maris (des vins bios issus de la cave de Saint Maurice de Cazevieille et d’une autre cave coopérative languedocienne tenue secrète à cause de la difficulté à sourcer des vins bios) D'ailleurs, InVivo Wine ne souhaite pas préciser le volume de vin bio travaillé, se bornant à indiquer qu'il compte devenir, avec Château Maris, un des leaders mondiaux des vins bios.

"Nous sommes une winery globale intégrée"

Ces succès seraient le fruit d’une organisation clarifiée d’InVivo Wine. Celle-ci a été présentée par Frédéric Noyère, directeur général d’InVivo. Elle se décompose en quatre pôles stratégiques. L’Union InVivo, soient 19 caves adhérentes sur toutes les grandes régions viticoles (à l’exception de la Champagne, l’Alsace et le Val de Loire) est le premier pôle. Il représente 25 000 hectares et 3600 vignerons. Le second pôle est celui des services. « Nous sommes une winery globale intégrée » a commenté Frédéric Noyère. En effet, InVivo est en capacité de sourcer en France mais aussi en Afrique du Sud où est implanté un bureau commercial. « Nous sourçons également au Chili et en Australie » a précisé Frédéric Noyère. Par ailleurs, InVivo possède des centres d’embouteillages qui viennent accroître la capacité d’embouteillage de ses adhérents.

Cordier décliné en trois catégories

Le troisième pôle est celui des marques, dirigé par Sophie Fromental. « La mission du pôle est de développer des marques pour répondre aux attentes diverses des consommateurs » a expliqué Frédéric Noyère. Ces marques sont soient globales, soient locales en fonction des attentes produits des consommateurs et des marchés. Cordier fait figure d’exemple clé de cette approche. La marque se décline en trois catégories : des vins d’assemblages modernes (des IGP déclassés s’il le faut en vin de France pour les marchés réceptifs), des vins « access » (une dizaine d’AOP françaises) et des vins super-premium (Saint-Emilion, Gigondas, Saint-Julien…).

Le quatrième pôle est consacré à la distribution. L’ambition d’InVivo est en effet d’être au plus proche du consommateur pour la distribution de ses vins et « veut s’assurer de l’exécution sur les points de vente ». 12 points dans le monde sont consacrés à ce modèle de distribution.

 

 

InVivo wine va développer la RSE et l'innovation

InVivo s’est donné pour ambition de développer une agriculture qui préserve l’environnement et qui garantit un revenu aux agriculteurs. Pour cela, InVivo considère que le déploiement des outils digitaux dans les exploitations est un enjeu stratégique. Et pour créer l’émulation autour de ces nouveaux outils, InVivo a créé un réseau de 1000 fermes pilotes. InVivo Wine n’est pas en reste de cet élan. Deux caves, celles de Labastide de Levis et celle de Saint Maurice de Cazevieille vont être intégrées à ce réseau de fermes pilote. Par ailleurs, Invivo Wine va apporter son soutien technologique aux Vignerons de Buzet dans le cadre de leur projet New Age. Enfin, InVivo Wine lance avec Evoc la plantation d’un vignoble innovant eco-responsable. Une trentaine d’hectares de vins destinés à la catégorie vin de France doit être plantée en cépage résistant. Lesquels ? Pour l’instant, l’information reste bien gardée.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé