LE FIL

Champagne

Nicolas Feuillatte met le cap vers le premium

Lundi 13 mai 2019 par Aude Lutun

Véronique Blin, présidente de Nicolas Feuillatte : '« La valeur ajoutée s’est légèrement dégradée en 2018, en raison d’investissements importants pour construire la premiumisation et conquérir de nouveaux marchés à l’export »Véronique Blin, présidente de Nicolas Feuillatte : '« La valeur ajoutée s’est légèrement dégradée en 2018, en raison d’investissements importants pour construire la premiumisation et conquérir de nouveaux marchés à l’export » - crédit photo : Aude Lutun
Numéro 1 en France et numéro 3 à l’export, Nicolas Feuillatte a pour objectif de développer ses ventes à l’étranger. Avec entre autres le lancement de cuvées Premium.

L’Assemblée générale de Nicolas Feuillatte, première union de coopératives de Champagne avec 4 500 adhérents, s’est tenue ce 10 mai à Chouilly. Avec 10,4 millions de bouteilles vendues en 2018, Nicolas Feuillatte conserve sa place de numéro 1 en France, avec une hausse du chiffre d’affaires de 4 % dans l’Hexagone, et de numéro 3 à l’export. L’objectif annoncé l’an dernier de renforcer l’export est maintenu. « Les marchés prioritaires sont les USA, le Japon, l’Allemagne et la Canada », précise Christophe Juarez, directeur général. Le partenariat signé avec le Cirque du Soleil, dont le siège social est à Montréal, et l’ouverture d’un bureau Asie à Tokyo illustrent cet investissement à l’export. L’Europe n’est pas oubliée avec un partenariat commercial avec Castelnau Wines Agency, propriété de la CRVC, autre union de coopératives champenoises.

Parmi les meilleures performances commerciales en 2018, l’Italie affiche une croissance de + 28 %, le Canada + 24 %, la Suède + 16 %, la France étant à + 3 %.

Stabilité du chiffre d'affaires

Le chiffre d’affaires, qui s’élève à 200 millions d’euros, est resté stable par rapport à celui de 2017. « La valeur ajoutée s’est légèrement dégradée en 2018, en raison d’investissements importants pour construire la premiumisation et conquérir de nouveaux marchés à l’export », commente Véronique Blin, présidente de Nicolas Feuillatte. Le rapport résultat net sur chiffre d’affaires est ainsi passé de 7,95 % en 2017 à 6,3 % en 2018. Quant aux fonds propres, ils sont proches de 200 M€.

Pour aller chercher de la valeur, Nicolas Feuillatte développe des cuvées haut de gamme. C’est en ce sens que la cuvée Terroir Premier Cru a été lancée début 2019, ainsi que le Sakura Rosé.

2019, c’est aussi l’année du renouvellement des contrats interprofessionnels (de cinq ans) en Champagne. Sur ce terrain, Nicolas Feuillatte est en concurrence avec le négoce, réputé être plus généreux notamment dans les grands crus et les premiers crus. « Nous ne nous positionnons pas dans la surenchère, explique Christophe Juarez. Nous avons revu notre politique de prix et nous sommes confiants ». Sur les 33 000 ha que compte la Champagne, Nicolas Feuillatte en vinifie 2 100 ha.

Une initiative durable

Le club des Jeunes Adhérents de Nicolas Feuillatte, présidé par Audrey Léger, a présenté un collecteur de bouchons en liège. L’objectif des Jeunes est d’installer ce collecteur dans chaque coopérative adhérente pour recycler les bouchons. Les sommes récoltées par le recyclage seront versées à une association. 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé