LE FIL

Bordeaux, Sud-Ouest, Languedoc-Roussillon

Les premières épidémies de mildiou sont à craindre

Vendredi 10 mai 2019 par Juliette Cassagnes

Exemple de tache de mildiou sur les faces supérieure et inférieure d'une feuille (peu sporulante)Exemple de tache de mildiou sur les faces supérieure et inférieure d'une feuille (peu sporulante) - crédit photo : E Laveau Ch ag 33
Les pluies tombées ces derniers jours ont entraîné dans différents secteurs des vignobles de Bordeaux, du Sud-ouest et du Languedoc-Roussillon, un probable début de contaminations mildiou et Black-rot.

Globalement, la maturité des œufs d'hiver du mildiou est atteinte ou quasi-atteinte et la végétation est désormais réceptive. Les différents Bulletins de santé du végétal du Sud-Ouest édités le 7 mai indiquent pour de nombreuses zones de probables « épisodes contaminants » en cas de pluie. C'est le cas de certains secteurs de Cahors, Gaillac, Fronton, du Tarn-et-Garonne, ou du Gers : « A partir de maintenant, le seul facteur déterminant dans la gestion du risque mildiou est la climatologie et plus particulièrement la pluviométrie », y est-il notamment indiqué. Il est donc conseillé aux viticulteurs une surveillance accrue des prévisions météo dans les jours à venir pour anticiper d'éventuelles contaminations. A Fronton par exemple, « 15 à 20 mm seraient nécessaires », à Cahors, « entre 19 et 30 mm selon les secteurs ».

A LIRE AUSSI

Viticulture bio
Quels moyens de défense contre le Black Rot ?
Observations dans les collections ampélographiques
5 % des cépages sont peu sensibles au mildiou

En Languedoc-Roussillon, dans l’Hérault et surtout les Pyrénées-Orientales, la situation est plus avancée avec les tous premiers foyers primaires observés. D'autres sorties sont annoncées à partir du 6 mai sur d'autres secteurs, dues à des pluies contaminatrices récentes. Il est donc conseillé pour les secteurs à risque de « rechercher activement » ces symptômes.

Des contaminations Black-Rot probables

Dans le sud-Aquitaine, même constat pour Jurançon où le niveau de risque mildiou a augmenté en raison des pluies tombées cette semaine. Le modèle maladie y annonce des contaminations épidémiques. « Vérifiez bien les prévisions météos sur votre secteur », préconise le BSV.  Pour les autres vignobles de cette région, le niveau de risque reste encore faible:  « des pluies plus nombreuses et des cumuls plus élevés seraient nécessaires pour favoriser le démarrage épidémique ».

En Gironde enfin, le modèle maladie indique pour les jours à venir des contaminations mildiou « quasi-généralisées », sur une grande partie du vignoble, liées aux pluies de cette semaine. Le risque est passé au niveau « favorable ». Les prévisions météo doivent ici aussi être suivies de près. Quelques taches ont sinon été observées sur pampres et jeunes plants.

Pour le Black-rot, la situation ressemble à celle du mildiou. La période de sensibilité est en cours et des contaminations sont « probables » suite aux pluies de fin avril et début mai. Le risque est fort sur tout le sud-Aquitaine et en Gironde à cause des pluies de cette semaine, qui devraient en apporter de nouvelles. « Surveillez l'apparition des premières taches » sur les parcelles sensibles, notamment celles contenant des baies momifiées, conseille le BSV. « Un fort inoculum peut être présent notamment sous forme de « momies », grappes sèches avec des grains séchés de coloration noire-bleutée ; en cas de pluies ou d'humectation, ces périthèces généreront des contaminations primaires », rappelle le BSV du Languedoc.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé