LE FIL

Lutte contre les maladies du bois

Buzet convaincu par les ondes musicales

Samedi 27 avril 2019 par Christelle Stef

La coopérative Les Vignerons de Buzet a installé 21 diffuseurs de ce type en 2018 pour lutter contre les maladies du bois.
La coopérative Les Vignerons de Buzet a installé 21 diffuseurs de ce type en 2018 pour lutter contre les maladies du bois. - crédit photo : Les Vignerons de Buzet
La coopérative Les Vignerons de Buzet a testé la Génodique pour lutter contre les maladies du bois. Avec cette technique, elle a divisé par 3 à 4 le taux de mortalité dans les parcelles d'essai.

Connaissez-vous la Génodique ? Il s’agit d’un dispositif qui diffuse des ondes sonores (appelées protéodies) qui stimuleraient la synthèse du bois (la lignine) et les défenses naturelles de la vigne. Les champignons seraient alors affaiblis. Les Vignerons de Buzet sont convaincus de l’efficacité de ce procédé vis-à-vis des maladies du bois. Durant quatre ans (2015 à 2018), cette coopérative du Sud-Ouest a mené des essais sur deux parcelles de cabernet-sauvignon couvrant 5 ha et âgées de 40 ans. L’appareil a diffusé ses ondes sonores pendant 7 minutes, deux fois par jour durant toute la période végétative de la vigne.

21 diffuseurs déployés en 2018

« Un diffuseur a un rayon d’action de 200 à 250 m», précise Pauline Castagnié, en charge du suivi du vignoble.  Avant d’installer la Génodique, la technicienne a relevé un taux de mortalité moyen par an de 7,7 % dans la première parcelle et de 8,2 % dans la deuxième. « Depuis 2016, cette mortalité a diminué. Elle est aujourd’hui très faible : autour de 2 % ». Au vu de ces résultats, la coopérative a déployé 21 diffuseurs sonores en 2018. La société Génodic’s à l’origine de la méthode propose d’autres ondes pour lutter contre d’autres maladies. Buzet prévoit de mener un autre essai sur le mildiou cette année. A suivre.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
MG Le 09 mars 2021 à 18:37:15
Je ne sais pas si l' article est complet ou non vis à vis de l' étude mais une expérience scientifique sans témoins, c'est de la roupie de sansonnet. Il faut des témoins positifs et négatifs en faisant varier les paramètres ; en agronomie, l' étude doit être faite en blocs (de gros blocs regroupant des blocs plus petit répartissant au hasard les témoins et l'objet de l'étude). On est loin de la TSF au bout de deux parcelles ( même si la musique adoucit les mœurs et semble faire mieux pousser la vigne).
Michel Duhamel Le 09 mars 2021 à 10:41:38
Pierre Charon, une équipe de recherche de l'université de Cergy-Pontoise a démontré, par des séries d'expériences en triple aveugle, que la stimulation de graines de petits pois par la séquence de fréquences musicales correspondant à une déhydrine, 10 mn par jour pendant 2 semaines, augmente significativement leur production de matière, par comparaison avec des graines de petits pois exposées à 10 mn de séquences de notes musicales dans un ordre différent. Cette preuve scientifique des effets du procédé génodique a été publiée dans la revue Heliyon du groupe Elsevier en septembre 2020
Michel Duhamel Le 30 avril 2019 à 14:46:43
La vraie science repose sur des résultats d’expériences. Depuis dix ans, des milliers de résultats positifs constatés par plus d’une centaine de vignerons, cela commence à constituer une preuve d’efficacité de l’application du « procédé génodique » à l’esca. Pour le vérifier, il n’est pas nécessaire de comprendre comment il fonctionne. Il suffit de savoir compter les pieds morts, chaque année et sur une assez longue période, pour constater des baisses annuelles de mortalité de 20 % à 90 %. Pour une problématique plurifactorielle comme l’esca, ces variations sont normales. Mais une moyenne de baisse de mortalité qui varie entre 60 et 70 % selon les années, sur un aussi grand nombre de cas, cela commence à ressembler à une preuve scientifique ! Depuis plus de 30 ans, une centaine d’études scientifiques ont présenté des effets positifs de sons sur des plantes, dans une douzaine de pays. En France, Genodics est le seul à travailler sur ce sujet. Cherchez l’erreur !
rol Le 30 avril 2019 à 10:23:16
Allez Buzet ..Allez Buzet...encore et encore....en attendant le vin sans raisin.....là on est dans le ridicule TOTAL....mais il en reste encore à promouvoir bien d'autres....et tout ce cirque pour vendre quelques bouteilles de plus car ce n'est que ça.......
Phaselua Le 29 avril 2019 à 21:36:04
Ce n est pas de la pseudo science et comment vous permettez vous ces affirmations
Pierre Charon Le 29 avril 2019 à 11:55:04
La pseudo science se nourrit des biais d’observation que l'on rencontre si souvent en agronomie. J'attends de lire la publication scientifique avec comité de lecture pour changer d'opinion sur la Génodique. Le fondement scientifique de cette méthode est une vaste blague, mais qui risque de durer vu notre manque d'esprit critique et la détresse des vignerons face à ce fléau.
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé