LE FIL

AOC du Languedoc

Une montée en gamme spectaculaire

Vendredi 19 avril 2019 par Christelle Stef

Alexandre They, château du Vieux Moulin et Miren de Lorgeril, présidente du CIVL ont fait un point sur l'économie des AOC du LanguedocAlexandre They, château du Vieux Moulin et Miren de Lorgeril, présidente du CIVL ont fait un point sur l'économie des AOC du Languedoc - crédit photo : Christelle Stef
Les AOC du Languedoc sont satisfaits de leur croissance sur l'ensemble des marchés. La stratégie de montée en gamme porte ses fruits

D’emblée Miren de Lorgeril, la présidente du CIVL (Comité interprofessionnel des vins du Languedoc) donne le ton « Le Languedoc est un vrai phénomène. Sa montée en gamme est spectaculaire », a-t-elle déclarée le 18 avril, lors d’un point presse à Paris. Et pour le démontrer, elle ne manque pas d’arguments. Aujourd’hui sur le plan économique tous les voyants sont au vert. En 2018, la récolte pour l’ensemble du vignoble Sud de France s’établit à 12,6 millions d’hectolitres, soit 21 % de plus qu’en 2017 où les vignerons avaient souffert des aléas climatiques. Les AOC du Languedoc représentent 11 % des volumes commercialisés du vignoble Sud de France. Et leur chiffre d’affaire ne cesse de progresser pour atteindre 578 millions d’euros en 2018, soit une progression de 10 % en un an. Les rouges représentent 74 % du marché contre 16 % pour les rosés et 10 % pour les blancs. La France reste le principal débouché (63 % des volumes en 2018). Mais dans un contexte de baisse générale de la consommation dans l’Hexagone, les AOC du Languedoc tirent leur épingle du jeu, grâce à leur montée en gamme. Elles sont incontournables chez les cavistes qui en ont en moyenne 21 références. « C’est un segment de marché essentiel. Quasiment plus aucun d’eux ne se passe de nous », a indiqué Miren de Lorgeril. Les AOC du Languedoc représentent désormais 8,6 % des références d’AOC chez les cavistes. Et l’AOC régionale fait partie des 10 AOC les plus présentes dans ce réseau. 

Dynamique très forte en GD

En Grande distribution française, « la dynamique est très forte », a également souligné Miren de Lorgeril.  Sur le segment de prix 5 à 7 €, 5,3 millions de cols ont ainsi été vendus en 2018, soit 7 % de plus qu’en 2017. « C’est le cœur du marché aujourd’hui. Il n’y a pas de disponibilité sur le segment du dessous», a précisé la présidente du CIVL. Sur le segment haut de gamme (7 € et plus) 2,8 millions de cols ont été vendus, soit 13 % de plus qu’en 2017.  

Travail sur la qualité

L’export n’est pas en reste. Les AOC du Languedoc ont ainsi établi un nouveau record en 2018 avec un chiffre d’affaire de 211 535 K€ (+ 2 % en un an) et de bons résultats en Allemagne, Belgique, Royaume-Uni, USA, Chine et Japon. « Partout on fait mieux que l’ensemble des vins français », a observé Miren de Lorgeril. Et de conclure « La montée en gamme est une réalité. C’est le fruit du travail des appellations, des viticulteurs qui ont misé sur la qualité. Nous sommes la région qui a fait preuve de la plus forte montée en compétence à la fois au niveau des viticulteurs et des metteurs en marché ».

La production de rosés s’envole

Le Languedoc profite également de l’embellie sur les vins rosés. En 2018, leur production pour le vignoble Sud de France s’élève à 2,4 millions d’hectolitres (+ 22 % en un an). C’est le premier vignoble de rosés en France. La production d’AOC Languedoc rosé est de 282 428 hl en 2018 dont 62 % en AOC régionale. La croissance a donc été de + 68 % en deux ans. Leur commercialisation est passé de 17,5 millions de bouteilles en 2011-2012 à 29,6 millions en 2017-2018 (+ 70 % en 6 ans).

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé