LE FIL

 Je reprends ma lecture 
{{str_intro_2}}
{{str_intro_3}}
{{message_alert}}
 {{bt_suivant}} 

 Je réponds 

Champagne

Savoir déguster les vins clairs

Lundi 15 avril 2019 par Aude Lutun

Fabrice Wehrung, œnologue conseil à la Station Oenotechnique de Champagne à Epernay : ' Il faut parvenir à se projeter et à évaluer le potentiel de ce vin dans plusieurs années'
Fabrice Wehrung, œnologue conseil à la Station Oenotechnique de Champagne à Epernay : ' Il faut parvenir à se projeter et à évaluer le potentiel de ce vin dans plusieurs années' - crédit photo : DR
La semaine du Printemps des Champagne a débuté le 13 avril, avec la dégustation des vins clairs élaborés par les vignerons de 22 associations. Pour tous ceux qui se rendent à la dégustation, voici en quelques points comment se déguste ces vins en cours d’élaboration.

Les vins clairs sont des vins tranquilles, issus de la dernière vendange et destinés à la prise de mousse. Leur dégustation permet d’apprécier le comportement de chacun des trois cépages champenois et de chaque terroir, de juger la qualité globale d’une vendange et de réfléchir aux futurs assemblages. Un vin clair est à son apogée en mars-avril. Il doit être mis en bouteille, assemblé ou non, au plus tard avant les vendanges suivantes.

Apprécier un vin en devenir

« La dégustation d’un vin clair n’est pas simple car il s’agit d’apprécier un vin en devenir, précise Fabrice Wehrung, œnologue conseil à la Station Oenotechnique de Champagne à Epernay. Au niveau de l’œil, outre la couleur, il faut apprécier la turbidité du vin. Un vin trouble donne des indications sur l’état du moment du vin comme la présence de bitartrate de potassium en suspension, qui peut disparaître à la filtration ».

"C’est en bouche que l’on peut vraiment juger un vin clair"

Pour le nez, le dégustateur apprécie si les arômes sont plutôt floraux ou fruités. « Mais c’est en bouche que l’on peut vraiment juger un vin clair, estime Fabrice Wehrung. On voit si on retrouve le côté floral ou fruité que l’on avait au nez. Et on apprécie la longueur en bouche ». Pour cet œnologue, les pinots meunier et pinots noirs 2018 présentent une belle longueur, qui fait défaut à certains chardonnays. « Il faut parvenir à se projeter et à évaluer le potentiel de ce vin dans plusieurs années, poursuit-il. Un vin très ouvert, donc agréable en bouche et charmeur au stade de vin clair, ne donnera pas un grand millésime dans sept à huit ans. Un millésime se fait à partir de vins clairs structurés, charpentés, avec un bouquet aromatique introverti tout en essayant d’y deviner un potentiel qui va s’ouvrir dans quatre à cinq ans ». Tout un programme…

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé