LE FIL

Solution antigel

Les Pulsars de Netafim contre le gel

Vendredi 12 avril 2019 par Vincent Gobert

C’est la première parcelle équipée en France, alors que ce produit est déjà utilisé depuis 2013 en Italie ! C’est la première parcelle équipée en France, alors que ce produit est déjà utilisé depuis 2013 en Italie ! - crédit photo : Vincent Gobert
Le spécialiste du goutte-à-goutte commercialise un nouveau type d’aspersion bas débit contre le gel. Baptisé Pulsar, il était en démonstration ce 9 avril chez des viticulteurs du Vaucluse.

Le jet d’eau est pulsé, à intervalles de temps réguliers. Il est dirigé et orienté sur le rang. Sur la parcelle de Muscat exploitée par les Mille (dans le Vaucluse), père et fils, il se répète tous les 5 mètres, sur tous les rangs. C’est Netafim qui a installé cette nouvelle solution antigel bas débit en partenariat avec les viticulteurs. Ce 9 avril, une vingtaine d’autres exploitants ont répondu à l’invitation du spécialiste du goutte-à-goutte sur la parcelle de Bernard et Bertrand Mille. Là, à l’approche de la vigne et au déclenchement de l’aspersion pulsée, tout le monde a pu prendre la mesure de l’installation. Le réseau de tuyaux dédié est placé en hauteur sur le palissage, accolé au réseau de goutte-à-goutte, car les Mille irriguent déjà et utilisent des outils de travail du cavaillon. Des dérivations et goutteurs sont placés au niveau de chaque piquet : l’eau est dirigée vers les « pulsars » placés tout en haut.

1,4 ha de plaine gelée en 2017

C’est la première parcelle équipée en France, alors que ce produit est déjà utilisé depuis 2013 en Italie ! « Le gel de 2017 a été déclencheur, nous avons cherché une solution qui corresponde à nos besoins et à notre situation, confie Bertrand Mille. Quatre jours ont été nécessaires à quatre personnes pour l’installation l’hiver suivant. Chez nous, la principale difficulté est la hauteur du palissage ! » En effet, chez les Mille, les Pulsars sont attachés en haut des piquets métalliques, à 2,20 m au-dessus du sol. Dirigé sur le rang et orienté légèrement en hauteur, le jet pulsé provoque une largeur de l’aspersion qui reste faible, environ 30 à 40 cm au sol, sur le rang. Un avantage sur l’arrosage antigel classique.

Mais cette technologie bas débit a un coût. « Il faut compter de 6500 à 8500 €/ha pour l’équipement et le programmateur » précise-t-on du côté de Netafim. « C’est le prix à payer, confie Bertrand. On gèle chaque année. Cette parcelle donne un bon chiffre d’affaires. Si on peut éviter de perdre 80 % de la récolte comme en 2017… pour moi il y a clairement un intérêt. C’est un coût mais on s’assure ».

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé