LE FIL

Marché vrac

Les importations de vins espagnols repartent à la hausse

Lundi 08 avril 2019 par Michèle Trévoux

Sur le mois de janvier 2019, les importations se chiffrent à 480 000 hl soit une hausse de 14% par rapport au mois de janvier 2018.Sur le mois de janvier 2019, les importations se chiffrent à 480 000 hl soit une hausse de 14% par rapport au mois de janvier 2018. - crédit photo : CC0 Creative Commons
Les importations de vins en vrac espagnols repartent à la hausse. La belle récolte 2018 pousse les espagnols à exporter, tout en baissant leurs prix.

Les importations de vins espagnols renouent avec la croissance. Sur le mois de janvier 2019, elles se chiffrent à 480 000 hl soit une hausse de 14% par rapport au mois de janvier 2018. Au total sur les 6 premiers mois de la campagne, on atteint les 2,3 millions d’hl. Après une très petite récolte en 2017, l’Espagne a refait le plein en 2018 avec 40,9 millions d’hl, sa plus belle récolte sur ces 5 dernières années. Résultat, les cours qui s’étaient redressés au cours de la campagne précédente, ont plongé, creusant l’écart avec les cours des vins français.

Des prix défiants toute concurrence

Selon un courtier espagnol, les blancs espagnols premiers prix se négocient 2,20 € le degré/hl, les rosés 2,40 € et les rouges 2,90 €. Ce qui, ramenés en France, correspond à des cours de 30 à 40 €/hl, un niveau très inférieur aux cotations des vins français. Depuis le début de la campagne, les vins sans IG et sans mention de cépage se situent dans une fourchette de 60 à 70 €/hl en rouge et aux alentours de 80 € en rosé et en blanc. Jusqu’ici, ces arrivées de vins espagnols n’ont pas eu de conséquences visibles sur les prix des vins IGP pays d’Oc qui restent fermes, ni sur les IGP de département. Un léger décrochage semble se faire sentir sur les vins blancs sans IG mais en Languedoc, ces vins ne représentent plus que de faibles volumes, ce marché étant désormais dominés par les vins du Gers ou des Charentes.

Encore des anomalies de présentation dans les linéaires

Pour autant, la situation préoccupe les responsables professionnels. Une délégation française se rend ces 8 et 9 avril en Espagne pour un comité mixte franco-espagnol, rencontre bilatérale visant à analyser conjointement la problématique du secteur du vin. Jérôme Despey, président du cosneil spécialisé vin de France Agrimer, a également annoncé qu’il rencontrerait courant avril la FCD (Fédération du Commerce et de la Distribution). « Nous constatons à nouveau des anomalies dans les linéaires. La distinction entre les vins français et les vins d’origine étrangère n’est pas clairement indiquée, ce qui induit le consommateur en erreur. Nous allons remettre en place un groupe de travail pour mettre de l’ordre dans le rayon vin ».

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé