LE FIL

Ouvrière atteinte de Parkinson

Larraqué Vins International annonce vouloir se retourner contre qui de droit

Jeudi 28 mars 2019 par Colette Goinère

Sylvie Berger, ouvrière viticole, a saisi le tribunal de grande instance de Bordeaux qui vient de reconnaitre le caractère professionnel de sa maladie et la faute inexcusable  de son employeur. Une première en Gironde.Sylvie Berger, ouvrière viticole, a saisi le tribunal de grande instance de Bordeaux qui vient de reconnaitre le caractère professionnel de sa maladie et la faute inexcusable de son employeur. Une première en Gironde. - crédit photo : CC0 Creative Commons
Le tribunal de grande instance de Bordeaux vient de reconnaitre le caractère professionnel de la maladie de Parkinson que subit une ouvrière viticole et la faute inexcusable de son employeur. Une première en Gironde.

Le ton est net : « J’assume des faits que je n’ai pas commis. Je ne suis pas responsable  et je ne veux pas payer pour des actes qui ne sont pas de mon fait " répète Pierre-Jean Larraqué, président du groupe LVI, Larraqué Vins International. De fait, c’est en mars 2013 que LVI rachète château Vernous, 49 ha, à Lesparre, AOC Medoc, cru bourgeois,  au groupe Befra (Bernard Bessede et Bernard Frachet). En mars 2017, Pierre-Jean Larraqué,  estime être devant l fait accompli : il découvre selon ses propos « l’affaire «  qui remonte à 2012.  L’affaire ? Elle est simple : Sylvie Berger, ouvrière viticole de 47 ans  est employée au château Vernous depuis 2003, pour des travaux d’arrachage, pliage, épamprage. Elle se retrouve exposée aux pesticides, sans protection.  En  juin 2012, elle est victime d’une intoxication forte alors qu’elle travaille sur une parcelle qui a été traitée à deux reprises, les jours précédents. Dès lors, sa santé décline. En 2016, le diagnostic  est  là : elle est atteinte de la maladie de Parkinson. Janvier 2017 : le mal qui la ronge est reconnu comme maladie professionnelle par la  MSA.

L’ouvrière viticole  a saisi le tribunal de grande instance de Bordeaux qui vient de reconnaitre le caractère professionnel de sa maladie et la faute inexcusable  de son employeur. Une première en Gironde.

Expertise en cours

Une expertise va être réalisée pour évaluer les préjudices subis par Syvie Berger. Le dossier a été renvoyé au 10 septembre prochain. En attendant Pierre-Jean Larraqué prévient : «  J’attends  cette date. Mais je me retournerai contre qui de droit ".  Et de rappeler  haut et fort sa politique environnementale  et son souci de sécurité pour les 96 salariés employés au global sur les trois châteaux dans le giron du groupe ( Vernous,  Le Virou et Barre Gentillot). Pour preuve, le château Barre Gentillot, AOC Graves de Vayres, racheté en mars 2018  est  en cours de certification environnementale  (HVE  de niveau 3). Une certification déjà obtenue pour château Le Virou, AOC Blaye Côtes de Bordeaux, en juin 2017.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé