LE FIL

Développement durable

Gabriel Meffre au niveau « exemplaire » de la RSE

Vendredi 29 mars 2019 par Juliette Cassagnes

Le nouveau logo imaginé par la Maison Gabriel Meffre pour valoriser sa démarche 'Développement durable'Le nouveau logo imaginé par la Maison Gabriel Meffre pour valoriser sa démarche 'Développement durable' - crédit photo : G Meffre
La Maison de négoce rhodanienne Gabriel Meffre a décroché récemment le niveau 4, le plus élevé, de l'évaluation Afaq 26000, pour sa démarche RSE. Elle se concrétise à tous les niveaux dans l'entreprise.

Depuis le mois de septembre 2018, la Maison Gabriel Meffre détient le niveau 4 "Exemplarité" de l’évaluation en RSE (responsabilité sociétale des entreprises). Celle-ci a été obtenue suite à un « travail important réalisé depuis 2015 », date de la précédente évaluation de la démarche.

L'implication dans cette dernière s'est traduite, au sein de l'entreprise, par un ensemble de « petites choses » qui, cumulées, ont permis de faire avancer l'ensemble de l'entreprise sur les trois piliers du développement durable : l’économie, l’environnement et le sociétal. « Cela a permis une mobilisation de l'ensemble des salariés autour du développement de pratiques responsables à tous les niveaux », résume Valérie Vincent, responsable communication. Par exemple, l'organisation d'une visite d'un ergonome et de la médecine du travail sur site dans l'objectif d'effectuer un audit sur les gestes, postures dans les bureaux, qui a conduit à un changement de matériel pour « améliorer le bien-être des salariés », ou encore la généralisation de l'usage de lampes LED, ou bien encore le tri des déchets à l'intérieur des bureaux...

Une charte d'achats responsables avec les producteurs

Sur le plan environnemental, plusieurs actions ont été engagées: conversion bio en cours du Domaine de Longue Toque, obtention du label Terra Vitis (depuis 2001 sur deux autres domaines et enfin, projet de passage au niveau 3 de la certification "HVE" (Haute Valeur Environnementale). Une partie des bouteilles destinées à l'export a été par ailleurs allégée en poids : les marques "cœur-de-gamme" sont désormais proposées dans un contenant ne pesant, à vide, plus que 410 g, contre 520 g pour les précédents modèles, ce qui en fait la « bouteille à vis écussonnée la plus légère du marché ».

Outre les progrès réalisés en interne, la RSE a eu des retombées sur les partenaires de l’entreprise. L'un des objectifs a par exemple été de conforter son « ancrage territorial ». En 2018, la Maison a ainsi retravaillé une Charte “Achats responsables”, partagée avec l’ensemble de fournisseurs, au nombre de 130 environ.

"Un nouveau macaron"

Malgré un investissement important dans cette démarche, l'entreprise déclare ne pas vouloir revaloriser ses vins: « Ce n'est pas tant sur le prix de la bouteille que cela va/doit se retrouver; il s'agit plutôt d'en faire un avantage concurrentiel. Auprès de nos clients professionnels, nous leur expliquons qu'en choisissant nos vins, ils font le choix d'une Maison éthique et responsable...A leur tour, ils démontrent à leurs consommateurs leur engagement en développement durable », explique Valérie Vincent.

Un nouveau macaron RSE, imaginé par la maison de négoce, viendra prochainement habiller une grande partie des vins, afin de faire connaître le développement durable auprès de ses consommateurs.

Enfin, un événement autour de son retour d’expérience sera créé, courant 2019, afin de « sensibiliser davantage les partenaires et acteurs locaux ». 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé