LE FIL

Marché

De plus en plus d’acheteurs cherchent des vins avec moins d’alcool

Mardi 19 mars 2019 par Marion Sepeau Ivaldi
Article mis à jour le 20/03/2019 11:38:32

Voici mon secret et sa déclianison GD Du neuf en Gascogne.Voici mon secret et sa déclianison GD Du neuf en Gascogne. - crédit photo : Marion Sepeau Ivaldi
Sur Prowein, l’offre des vins allégés en alcool s’étoffe, face à une demande du marché qui se fait de plus en plus pressante.

Sur Prowein, ils sont nombreux à proposer des nouveautés en matière de vins allégés en alcool . « La demande pour des vins avec moins d’alcool est forte. Ils correspondent à des moments de consommation hors repas. Sur ces instants de consommation, on est en train de se faire piller par la bière qui se développe très fortement » assure Olivier Bourdet-Pees, directeur général de Plaimont Producteurs. « La tendance pour des vins allégés en alcool est en train d’arriver en France » poursuit-il.

Naturellement léger

La cave lance sur le salon allemand « Voici mon secret » (Du neuf en Gascogne pour la GD), un Côte de Gascogne qui titre à 9°. L’étiquette le présente comme « Naturellement bas en alcool ». Son titrage ne subit en effet aucun artifice de soustraction. « Nous produisons cette gamme à partir de parcelles que l’on avait tendance à déclasser, voire à arracher car elles donnaient des vins qu’il fallait édulcorer. En maîtrisant bien l’acidité et en laissant 7 à 8 grammes de sucres résiduels, nous obtenons des vins typés Côtes de Gascogne mais avec des degrés autour de 9° » explique Olivier Bourdet-Pees. Avec un PVC GD entre 4 et 4,5 euros, ces vins trouvent un très bon accueil à Prowein, de même que la cuvée « Le Manseng Noir ». Résultat d’un travail de sélection ampélographique réalisé par Plaimont, cette cuvée titre à 11°6 du fait du faible pouvoir alcologène du cépage. Lancé en 2017, cette cuvée produite à 20 000 exemplaire cette année, est principalement distribuée en CHR.

Pour répondre aux problèmes de consommation d'alcool

Toujours dans le créneau des 9°, Les Domaines Auriol présentent les « Belles du Sud », titrant à 9°. Déjà dévoilés lors de Wine Paris, ces vins sont obtenus par un procédé de filtration en continu pour préserver la concentation aromatique. « Cette cuvée s’inscrit dans la continuité de la gamme so’light. La réglementation européenne ne nous permet plus d’utiliser le termes Light, c’est pourquoi nous avons totalement repensé le produit » explique Claude Vialade, qui a confié à son fils Jordi Salvagnac le soin de développer Belles du Sud. « Il y a une augmentation de la pression des pouvoirs publics en matière de prévention contre l’alcoolisme. Nous reconnaissons que oui, il y a un problème d’alcoolisme et nous proposons un produit pour répondre à cette préoccupation. Il y a deux attitudes : soit on refuse ce fait, soit on reconnaît qu’il existe une population à la recherche de vin adapté à ses problèmes d’obésité, de diabète,… » poursuit Claude Vialade. Belles du Sud est conçue comme un vin d'été (en version blanc ou rosé)  mis en valeur dans un flacon aux épaules basses rappelant certaines cuvées haut de gamme..

Les résistants entre sur le marché

Avec son 11,5°, la cuvée issue du cépage résistant Artaban, Nuvote, de Foncalieu, séduit les acheteurs étrangers par son faible degré. « Certains de nos clients apprécient que ce soit allégé en alcool » indique Gabriel Ruetsch, de Foncalieu. Cette relativement faible teneur en alcool est ainsi un argument de vente pour ce cépage peu alcooleux. Un élément de séduction qui reste tout de même secondaire face à son attrait environnemental. Avec ses seulement 2500 cols disponibles, cette cuvée bio connaît un petit succès. De nombreux clients étrangers souhaitent en effet être les premiers à distribuer le premier vin de cépage résistant français au monde ! De quoi espérer rester dans l’histoire !

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé